www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
Sylvie BEGUIER
Naturopathie, biorésonancePoissy, plantes, Verneuil, Feucherolles, St Nom, aromathérapie, phyto
articles

SANTÉ
LA VIANDE ROUGE CONSOMMÉE EN EXCÈS AUGMENTE LE RISQUE GLOBAL DE CANCER
publié le 6 décembre 2017 - 2 min 6

Par Mme Aude Rambaud (Boulogne) (( Déclaration de liens d'intérêts ))
Une consommation élevée de viande rouge équivalente à environ 100g/jour augmente le risque de cancer colorectal mais aussi le risque global de cancer et celui de cancer du sein. C’est ce que montre une étude prospective effectuée auprès de participants de la cohorte NutriNet-santé et dont les résultats sont parus dans l'International Journal of Cancer.

L’excès de viande rouge et de charcuterie augmente le risque de cancer colorectal. Le lien est vérifié, l’Agence internationale de recherche sur le cancer (WHO-IARC) les a inscrites sur la liste des facteurs cancérigènes et à ce titre, le Haut conseil de santé publique recommande de limiter la consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine et celle de charcuterie à moins de 150 g par semaine.
Mais les données de NutriNet-santé indiquent que la viande rouge augmenterait le risque de cancer de manière beaucoup plus globale. L’étude prospective était destinée à évaluer les liens entre la consommation de viande rouge et de charcuteries et le risque de cancer global, du sein et de la prostate. Elle a inclus 61.476 personnes de plus de 35 ans ayant développé 1.609 cas de cancers incidents (dont 544 cancers du sein et 222 de la prostate) entre 2009 et 2015.
Les participants indiquaient tous les 6 mois le détail de leurs consommations alimentaires sur 24 heures. Les résultats montrent que la consommation de viande rouge est associée à une augmentation du risque global de cancer (HR=1.31, 1.10-1.55).
Autrement dit, les 20% de personnes consommant le plus de viande rouge (près de 100g/jour en moyenne) voyaient leur risque de développer un cancer augmenter de 30% par rapport aux 20% qui en mangent le moins (40g par jour en moyenne). Une association a également été trouvée avec le cancer du sein (HR= 1.83, 1.33-2.51) que ce soit avant la ménopause (HR =2.04, 1.03-4.06) ou après (HR =1.79, 1.26-2.55).
Aucune association n’a en revanche été retrouvée pour le cancer de la prostate. Quant aux charcuteries, leur consommation était très modérée chez les participants et aucune association n’a été retrouvée avec le risque de cancer global, du sein ou de la prostate.

Référence :
Diallo A et al.
Red and processed meat intake and cancer risk: Results from the prospective NutriNet-Santé cohort study.
Int J Cancer. 2018 Jan 15;142(2):230-237

mots clés : vianderouge, cancer, excès

REMERCIER   0
RESTEZ INFORMÉ DES NOUVEAUX ARTICLES grâce à ma lettre d'infos
ENVOYER L'ARTICLE À UN AMI pour lui faire plaisir

les emails indiqués ne sont pas réutilisés à des fin commerciales

VOUS



VOTRE AMI



COMMENTAIRE POUR VOTRE AMI facultatif


je ne suis pas un robot

PARTAGER     partager partager
COPIER L'ARTICLE SUR MA ZENOPAGE
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE
POSTER COMMENTAIRE


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



  




Démarcharge commercial interdit

Traitez les gens comme s’ils étaient ce qu’ils pourraient être et vous les aiderez à devenir ce qu’ils sont capables d’être. Goethe