www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
Sylvie BEGUIER
Naturopathie, biorésonancePoissy, plantes, Verneuil, Feucherolles, St Nom, aromathérapie, phyto


rubrique : Revue de presse
CHIRURGIE RÉPARATRICE APRÈS UN CANCER DU SEIN CHIRURGIE RÉPARATRICE APRÈS UN C: LES FEMMES TROP MAL INFORMÉES
publié le 7 février 2019 - lecture 3 min 2
C’est ce que titre Le Figaro, qui constate qu’« après une mastectomie, la peur d’une nouvelle intervention et le manque d’informations limitent le recours à la reconstruction mammaire ».
Soline Roy remarque ainsi que « plus de 20.000 femmes subissent chaque année une ablation mammaire totale, mais seulement 10.000 font reconstruire le ou les seins perdus. Une question d’argent ? Sans doute en partie, avec un reste à charge estimé à 1330 € dans le rapport 2014 de l’Observatoire sociétal des cancers. Mais pas seulement ».
La journaliste souligne que « pour la majorité des femmes, ne pas bénéficier d’une reconstruction mammaire est avant tout un choix personnel, né d’un mélange de peur, d’acceptation de sa nouvelle silhouette et de déficit d’information, montrait en septembre le Dr Adrien Durazzo, dans le cadre d’une thèse de médecine présentée à la faculté de Créteil ».
Soline Roy explique que « le jeune médecin a interrogé 256 femmes ayant, entre 2006 et 2016, subi une mastectomie totale dans trois hôpitaux parisiens (Hôpital européen Georges-Pompidou, Henri-Mondor et Saint-Louis), et n’ayant pas bénéficié de reconstruction ».
La journaliste retient que « pour plus de 80% d’entre elles, ne pas se faire opérer était un choix personnel. La moitié de ces amazones assumées se trouvait trop âgée, et la même proportion disait accepter l’asymétrie de sa sil­houette (cette acceptation augmentant avec le temps, après l’ablation), une asymétrie également acceptée par un quart de leurs conjoints ».
« Mais la peur du risque de complications (49% des femmes évoquant un «choix personnel»), le refus d’une nouvelle intervention (70%) et la peur de cacher une récidive (21%) étaient également évoqués », poursuit-elle.
Elle ajoute qu’« un quart des femmes indiquait que le manque d’informations avait influencé leur choix de ne pas se faire reconstruire. Et de fait, près de la moitié estimait n’avoir été, lors du parcours médical, pas du tout ou pas assez informée sur les possibilités de reconstruction mammaire… ».
Le Pr Laurent Lantieri (Hôpital européen Georges-Pompidou) observe ainsi qu’« en France, on traite très bien le cancer du sein. Mais pas la femme qui a un cancer du sein… (( … )) Aux États-Unis, dans beaucoup d’endroits les taux de reconstruction sont supérieurs à ceux de la France, alors que le reste à charge y est bien plus important ! ».
Soline Roy note qu’« entre autres causes de cette mauvaise information, le chirurgien évoque le fait que les oncologues sont trop souvent débordés par l’afflux de nouveaux patients, et la tarification à l’activité qui n’encourage pas à développer la chirurgie reconstructrice, plus longue donc moins «lucrative» que la chirurgie du cancer ».
La journaliste relève en outre que « les spécialistes réalisant les mastectomies ne sont souvent pas ceux qui maîtrisent la reconstruction, ils peinent donc à informer leurs patientes, voire n’estiment pas toujours cette information comme essentielle ».
Elle rappelle qu’« une proposition de loi visant à améliorer l’information des femmes a été déposée au Sénat en décembre dernier (( … )) . «Une telle information devra désormais être fournie à toute patiente lorsqu’une mastectomie est envisagée», écrivent ses auteurs, le chirurgien chargé de l’ablation devant soit informer sa patiente en détail, soit l’orienter vers un médecin à même de la renseigner ».
« Et les sénateurs d’insister dans leur exposé des motifs : «Le manquement à une telle obligation serait bien entendu constitutif (( … )) d’une faute professionnelle» », précise Soline Roy.

mots clés : cancerdusein, chirurgie

REMERCIER

merci pour votre merci
LETTRE INFOS

soyez informé des nouveaux articles
ENVOYER AMI

envoyez l'article par mail à un(e) ami(e)
VOUS



VOTRE AMI(E)



COMMENTAIRE


je ne suis pas un robot


vos emails ne sont pas transmis à des sociétés commerciales
COMMENTAIRES

postez un commentaire
indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
indiquez votre photo
 

cliquez pour choisir votre photo
si vous n'en indiquez pas, une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
ZENOPAGE

copiez cet article sur votre zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE
PARTAGER
partager
partager
« L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir. »
Bernard Werber