www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Sylvie BEGUIER
Naturopathie, biorésonancePoissy, plantes, Verneuil, Feucherolles, St Nom, aromathérapie, phyto
DIABÈTE
RISQUE DE MALADIES AUTO-IMMUNES ADDITIONNELLES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES DE TYPE 1 : L'ÂGE ET LE DÉBUT TAR
< retour rubrique < retour Articles |
publié le 9 mars 2019 3 min à lire 1
Par le Dr Julie Sarfati (Paris) (( Déclaration de liens d'intérêts ))
Article commenté :
Late-Onset T1DM and Older Age Predict Risk of Additional Autoimmune Disease.
Hughes JW, Bao YK, Salam M et al.
Diabetes Care. 2019 ; 42(1):32-38.

Le diabète de type 1 touche au moins 30 millions de personnes dans le monde. Il est caractérisé par la destruction auto-immune des ilots béta pancréatiques et est associé à d’autres maladies auto-immunes, qui peuvent avoir des conséquences sur la santé.
L’épidémiologie des maladies auto-immunes chez les patients diabétiques de type 1 adultes n’est pas bien définie. L’objectif de l’étude était donc de caractériser l’âge à l’incidence, la prévalence des maladies auto-immunes chez des patients diabétiques de type 1.

Dans cette étude, 1212 adultes diabétiques de type 1 ont été vus entre 2011 et 2018 au sein d’un centre du diabète à Washington.
Une régression logistique multivariée était réalisée pour évaluer les effets indépendants du sexe, de l’origine ethnique, de l’âge du début du diabète, de la durée du diabète sur la prévalence des maladies auto-immunes.

1212 patients diabétiques de type 1 ont donc été inclus avec un âge moyen de 46,8 ans (de 19 à 96 ans !). La majorité des participants avait plus de 30 ans (82,1%), 51,8% étaient de sexe féminin.
L’âge moyen de début du diabète était de 21,2 ans et la durée moyenne du diabète était de 25,5 ans. Au total, 35,1% des patients avaient une maladie auto-immune ajoutée à leur diabète de type 1.
L’incidence et la prévalence des maladies auto-immunes augmentaient avec l’âge chez les hommes et les femmes. Ainsi, 20% environ des patients < 29 ans avaient une maladie auto-immune, cela passait à 34% pour les patients entre 40 et 49 ans et 47% pour les patients de plus de 60 ans.
L’âge moyen des patients sans maladie auto-immune était de 44,3 ans et il était de 51,3 chez ceux ayant une maladie auto-immune additionnelle.

Le sexe féminin était fortement prédicteur du risque auto-immun. L’OR était de 2,75 pour les femmes. Aucune maladie auto-immune n’était prédominante chez les hommes (vs les femmes).
L’âge du début du diabète de type 1 ainsi que la durée du diabète étaient des éléments indépendants prédicteurs du risque de maladie auto-immune. Ainsi les patients ayant un début de diabète après l’âge de 30 ans étaient plus à risque de développer une maladie auto-immune additionnelle que ceux ayant eu leur diagnostic de diabète de type 1 plus précocement. S’agissant de la durée du diabète, les patients les plus à risque étaient ceux dont le diabète durait depuis plus de 40 ans !
Après ajustement, les patients d’origine caucasienne étaient plus à risque que les patients d’origine africaine de développer une maladie auto-immune additionnelle.
Les maladies auto-immunes les plus communément associées au diabète de type 1 étaient les maladies thyroïdiennes, les connectivites et l’anémie pernicieuse. Les maladies thyroïdiennes affectaient 26% des participants avec 22% d’hypothyroïdie.

En conclusion, cette cohorte examine une population adulte de diabétiques de type 1. La prévalence des maladies auto-immunes chez les patients diabétiques de type 1 est très élevée, elle augmente avec l’âge et le sexe féminin.
Le début tardif du diabète de type 1 est un facteur de risque indépendant pour développer une maladie auto-immune additionnelle. Mais est-ce corrélatif ? Ou le fait de développer un diabète de type 1 modifie son profil immun et prédispose les patients à une maladie auto-immune additionnelle ? Est-ce que cela pourrait dégager des facteurs modifiables pour prévenir les maladies auto-immunes ?

De façon plus pragmatique, on peut conclure que les patients ayant eu le diagnostic de diabète de type 1 plus âgés, surtout les femmes, doivent être surveillés pour d’autres maladies auto-immunes en particulier thyroïdiennes.

diabète, maladiesauto-immunes

remercier
MERCI pour votre merci
ENVOYER À UN(E) AMI(E)

VOUS



VOTRE AMI(E)



COMMENTAIRE


je ne suis pas un robot


les emails ne sont pas transmis à des sociétés externes
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE

partager

partager



POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« On a deux vies. La deuxième commence le jour où on réalise qu'on en a juste une. »
Confucius