En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, voir infos
Théranéo est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes, voir www.Theraneo.com
j'ai compris


Cette fonction sera disponible prochainement.


Le lien ne fonctionne pas car il n'a pas été renseigné.
Fabienne devrait renseigner ce lien ou le désactiver.
 
Fabienne BONALY
Lunivie
Rééquilibrage énergétique - Créatrice de la méthode de centrage et des Bilans Lunivie© - Enseignante Reiki - Sujok thérapieBilan énergétique centrage relaxation accompagnement être formations énergie technique complémentaire santé thérapies quantiq
à Boisemont vers Cergy, Val-d'Oise
ARTICLES | QUESTIONNEMENT INTÉRIEUR
ARRÊTER DE POSSÉDER, AIMER EN TOUTE LIBERTÉ SANS EXERCER DE PRESSIONS SUR L’AUTRE
publié le 11 janvier 2017 | amour | vu 383x | 3 minutes à lire



Personne n'appartient à personne
“Toute ma vie, j’ai compris l’amour comme une sorte d’esclavage consenti. C’est un mensonge : la liberté n’existe que lorsque l’amour est là. Celui qui se donne totalement, qui se sent libre, aime infiniment. Et celui qui aime infiniment se sent libre.
Malgré tout ce que j’ai pu vivre, faire ou découvrir, rien n’a de sens. En amour, personne ne peut écraser l’autre, nous sommes tous responsables de ce que nous ressentons, et nous ne pouvons en accuser les autres.
J’ai été blessé lorsque j’ai perdu les femmes que j’avais aimées. Aujourd’hui, je suis convaincu que personne ne perd personne, car personne ne possède personne. C’est la véritable expérience de la liberté : avoir la plus importante chose au monde, sans la posséder.»

Arrêter de posséder, aimer en restant libre sans exercer de pressions sur l’autre, est la clé de l’évolution d’un couple, mais également de tout un chacun.
L’amour est une succession de luttes, de sacrifices, de concessions obtenues contre soi-même pour le bien-être du couple.


L’amour n’est pas chez l’autre, mais en nous-même
“Le grand but de l’être humain est de comprendre l’amour total. L’amour n’est pas chez l’autre, mais à l’intérieur de nous-mêmes ; nous sommes les seuls à pouvoir le réveiller. Pour qu’il se réveille, nous avons besoin de l’autre. L’univers n’a de sens que lorsque nous partageons nos émotions

C’est ici que nous pêchons tous bien souvent. Nous cherchons chez les autres un complément à nos propres carences et à nos insécurités, sans jamais penser que le salut se trouve à l’intérieur de nous-mêmes.
Nous mettons sur les épaules des autres le poids de notre vie, en les responsabilisant de nos succès et de nos échecs, mais surtout de nos émotions.
Cela laisse un grand vide à l’intérieur de nous, dans lequel il n’y a plus de fierté ni de satisfaction personnelle. Dans le même temps, nous détruisons la possibilité d’un amour sain qui aurait pu naître.
La dépendance ne fait que grandir, retirant toute authenticité et toute identité émotionnelle que nous aurions du avoir créé à l’intérieur de nous-mêmes.


Nous ne nous rendons pas compte que si nous ne nous défaisons pas des rustines et des morceaux de sparadrap qui recouvrent nos plaies, nous pouvons créer des blessures bien plus profondes à l’intérieur de nous-mêmes, et chez la personne que nous avons en face de nous.
Arrêtons de nous donner des excuses ! L’amour et la relation de couple commencent toujours à l’intérieur de nous-mêmes.
Si nous tenons compte de cela, nous allons vivre des moments frais et sains. Et cela nous permettra de mûrir plutôt que de nous détruire.

Se tenir éloigné de la passion ou s’y jeter les bras ouverts ?
Personne ne veut désorganiser son monde. Certaines personnes détestent la passion, parce que cela bouleverse totalement l’univers qu’elles avaient créé.
De fait, la plupart des gens vivent dans des relations brisées, et ont des habitudes qui ne les satisfont pas, tout simplement parce qu’ils ont peur de changer.
Ces personnes sont à l’origine du dicton populaire «on sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on gagne«. Un dogme, une loi vitale inébranlable, un guide pour maintenir sa vie dans la médiocrité.
Cependant, d’autres se jettent éperdument dans l’inconnu et dans des aventures improbables en pensant que cela va leur permettre de résoudre leurs problèmes.
Ces personnes déchargent toute la responsabilité de leur bonheur (et de leur possible malheur) sur les autres. Elles sont euphoriques si quelque chose de bien leur arrive, et complètement déprimées si quelque chose tourne mal.
Quelle est la bonne attitude ? Aucune des deux. Vous devez toujours agir avec mesure et responsabilité.
Ce que vous ferez doit vous permettre d’avoir une dose suffisante de passion et de joie dans votre quotidien. C’est seulement de cette manière que vous pourrez aimer librement.
© je ne suis pas l'auteur de cet article, voir la source
mots clés : relation, couple, affectif, amour, liberté

REMERCIER   29
RESTEZ INFORMÉ DES NOUVEAUX ARTICLES grâce à ma lettre d'infos
ENVOYER L'ARTICLE À UN AMI pour lui faire plaisir

les emails indiqués ne sont pas réutilisés à des fin commerciales

VOUS



VOTRE AMI



COMMENTAIRE POUR VOTRE AMI facultatif


je ne suis pas un robot

PARTAGER     partager partager
COPIER L'ARTICLE SUR MA ZENOPAGE
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE
ARTICLES SIMILAIRES SUR THÉRANÉO :
- Des conseils pour une relation amoureuse encore plus satisfaisante
- 10 choses à apprendre lorsqu’on est dans une bonne relation
- 5 critères pour être heureux en amour
- 8 façons de montrer votre amour à votre enfant
- Alors, qu’est-ce que faire l’amour en conscience ?
voir plus d'articles
POSTER COMMENTAIRE


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



  




Démarcharge commercial interdit

  • DERNIER ARTICLE
    L’âme sait déjà tout
  • FOCUS ARTICLE
    Mon cadeau de Noel : Un livre pou...
  • DERNIÈRE VIDÉO

    1/7 : D. Cannon : le retour des Sa...
  • FOCUS VIDÉO

    Spiritualité - Amour, le Couple Di...
  • DERNIER LIVRE

    Livre Jaune n°1, ne touchez pas à ...
  • CITATION
    Quand j’étais petit, ma mère m’a dit que le bonheur était la clé de la vie. A l’école, quand on m’a demandé d’écrire ce que je voulais être plus tard, j’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, je leur ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie.
    John Lennon
    J'AIME  601
    QUIZZ
    27%
    réponses
    justes
    Mikao Usui, le fondateur du reiki, a reçu son enseignement lors d'une illumination. Où se trouvait-il ?
  • DERNIER ARTICLE
    L’âme sait déjà tout
  • FOCUS ARTICLE
    Mon cadeau de Noel : Un livre pou...
  • DERNIÈRE VIDÉO

    1/7 : D. Cannon : le retour des Sa...
  • FOCUS VIDÉO

    Spiritualité - Amour, le Couple Di...
  • DERNIER LIVRE

    Livre Jaune n°1, ne touchez pas à ...
  • CITATION
    Quand j’étais petit, ma mère m’a dit que le bonheur était la clé de la vie. A l’école, quand on m’a demandé d’écrire ce que je voulais être plus tard, j’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, je leur ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie.
    John Lennon
    J'AIME  601
    QUIZZ
    27%
    réponses
    justes
    Mikao Usui, le fondateur du reiki, a reçu son enseignement lors d'une illumination. Où se trouvait-il ?
    © Fabienne BONALY 11.2014. - site créé sur la plateforme bien-être www.Theraneo.com
    Mentions légales | Accès administration (4 notifications)