www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
Coline CORNEFERT
Kinésiologue, Praticien neuro-sensoriel PEACEkinésiologie, Nantes, kinésiolgue, Cornefert, stress, émotion, PEACE
Coline CORNEFERT
ARTICLES


Envisagé d’ordinaire sous l’angle des relations interpersonnelles, le triangle dramatique influencerait aussi les organisations, la société et la marche du monde. Enquête singulière au cœur du trio infernal « victime / bourreau / sauveur »

Du « je » au « jeu » psychologique, il n’y a qu’un pas... que nous franchissons sans même nous en rendre compte. « Le mot “jeu” sonne juste parce que l’exagération, la dramatisation théâtrale et l’insincérité latente sont perceptibles. De même, ces situations négatives sont étrangement standard et semblent obéir à des règles quasi immuables », décrypte Christel Petitcollin, spécialiste de la manipulation et des rouages du triangle dramatique(1). Qu’il s’agisse d’une dispute familiale répétitive ou d’une négociation improductive, le jeu est identique : au coup d’envoi succèdent des enjeux et des règles codifiées, où s’immisce le rapport de force. Nous devons à Éric Berne, célèbre psychiatre américain, fondateur de l’analyse transactionnelle, la découverte de l’existence de ces jeux psychologiques banalement humains(2). Ses travaux ont été complétés par Stephen Karpman qui a modélisé le fameux triangle dramatique, nommé « Triangle de Karpman »(3). Les jeux décrits par Éric Berne balisaient plusieurs rôles : le naïf, le chat, la poire... Stephen Karpman a synthétisé ces personnages en trois rôles complémentaires, que l’on retrouve systématiquement dans les jeux : la victime, le bourreau (ou le persécuteur) et le sauveur. Ils sont caractérisés par des profils types, que Christel Petitcollin résume ainsi : « La victime apitoie, attire, énerve, excite. Le bourreau attaque, brime, donne des ordres et provoque la rancune. Le sauveur étouffe, apporte une aide inefficace, crée la passivité par l’assistanat. » On endosse ces rôles, qui s’ancrent dans l’enfance et le rapport à l’autorité parentale, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Lorsque nous sommes englués dans des relations négatives, frustrantes et décourageantes, il y a fort à parier que nous soyons tombés dans le panneau de ces jeux psychologiques... « Le triangle dramatique est un vrai fléau qui nous touche tous. On le retrouve dans la cour de récré, au sein des couples, en entreprise ou encore dans les guerres. Ce triangle a l’avantage de la simplicité : il est très parlant pour déjouer les mécanismes de la psychologie », partage Françoise Collard, coach professionnelle et de vie.

Une société qui tourne en triangle
Notre société tout entière serait bâtie sur ce triangle, car nombreux sont ceux qui croient à la réalité des « rôles » attribués à chacun sans nuance ni réflexion : l’infirmière-sauveuse, l’ouvrier-victime, le fisc-bourreau, etc. « Comme le triangle est systémique, il est facile de le reporter d’un individu à un groupe : une entreprise, une organisation ou un pays », relève Françoise Collard, rappelant que des études ont montré qu’en-deçà de huit ou neuf personnes, les personnalités s’additionnent, alors qu’au-delà on obtient une nouvelle entité dont le QI est plus bas. Le groupe est régressif. Certains groupes peuvent alors subrepticement devenir persécuteurs et créer des clans qui se fi gent. Sans généraliser, il arrive ainsi que des organisations et initiatives, sous le (bon) prétexte d’aider sur le plan humanitaire, confortent les populations en position de victimes, glissant insidieusement du rôle de sauveteurs à celui de persécuteurs. « Les populations assistées vont alors intégrer leur statut de victimes. Ce qui les éloigne de l’autonomie, de leur dignité et peut créer des problèmes capables de perdurer de génération en génération, faisant le lit possible de conflits et de guerres, où les victimes peuvent à leur tour devenir des persécuteurs », poursuit Françoise Collard, prenant le contre-exemple de Matthieu Ricard qui, appelé sur des zones sinistrées, encourage les victimes à réunir leurs forces et compétences, en préalable à la reconstruction : « Ce qui les sort de l’impuissance et de la sidération. »

La guerre des mondes
Plus largement, l’engramme psychologique de tout mal subi peut se diffuser sur le plan transgénérationnel et refaire surface comme un boomerang, parfois des générations plus tard. La psychogénéalogiste Anne Ancelin Schützenberger le soulignait dans son best-seller Aïe, mes aïeux (Éd. Desclée de Brouwer), à propos des génocides ou encore de l’esclavage dont les traces sont au cœur d’enjeux et de rapports de force actuels. Elle envisageait aussi la montée de l’islamisme comme un contrecoup des croisades et du vécu des Arabes de l’époque – ressenti, écrivait-elle, par les musulmans actuels comme « un massacre d’innocents et un génocide ». Dans la foulée, certains analystes voient, dans la révolte sociale qui secoue actuellement la France, des répliques « sismiques » de la Révolution française. Pour Françoise Collard, il est clair que le triangle dramatique est « le terreau de la guerre ». « A contrario, un processus de paix durable nécessite de sortir de ce triangle infernal », dit-elle, en soulignant que cela implique un énorme travail de conscience. Pour Anne Ancelin, la sortie de crise, quel que soit le conflit, n’est pas seulement politique ou économique. « Elle est peut-être liée au fait de pouvoir dire l’indicible et l’impensé, de pouvoir se faire entendre, de faire reconnaître les faits, les torts, et essayer de “réparer la mort”, l’injustice subie, l’éviction, le rejet. »



Chaises musicales
Bien souvent, les personnages vont donc changer de rôle à un moment donné, initiant un jeu de chaises musicales délétère. Prenons l'exemple bien connu de la guerre en ex-Yougoslavie, où les rôles sur la scène géopolitique ont été cristallisés par la communauté internationnale: «Pour défendre les Croates victimes de bourreaux serbes, l'ONU sauveur doit devenir le bourreau du bourreau qui, de ce fait, devient la victime du sauveur», relève Christel Petitcolin... Et cette bascule d'un rôle à l'autre peut même se vivre au sein des siens. Ainsi, l'exemple de Branko K., un ex-soldat croate, est parlant: atteint de stress post-traumatique en raison de la guerre, il l'était plus encore, disait-il, à cause du rejet qu'il subissait dans sa propre communauté. Comme les autres soldats, il était passé aux yeux de ses compatriotes du statut de héros-sauveur, à celui de «zéro» (sic), ramené au rang de responsable des maux qui ont miné la Croatie post-conflit. Après être resté englué des années dans son statut de victime, ce père de famille inactif était sorti de sa torpeur en s'engageant comme marionnettiste auprès d'enfants handicapés... «Chaque rôle a ses spécificités bien définies; cependant, l'utilisation des rôles peut être panachée. Ainsi, une personne qui fait du chantage au suicide tient à la fois le rôle de la victime qui souffre trop pour continuer à endurer la douleur que son bourreau lui inflige et celui du persécuteur qui menace l'autre. La personne qui se plaint de tout le mal qu'elle se donne pour les autres revendique simultanément la fonction de sauveur et la place de victime. Celui qui vous gronde paternellement en vous traitant d'inconscient allie le sauveur et le persécuteur», observe Christel Petitcollin. Nous nous retrouvons ainsi ballotés d'un angle à l'autre, avec plus ou moins d'habilité à piloter ce jeu psychologique maléfique...

Echapper à la surenchère
«Le triangle dramatique est un système instable qui, sur un coup de théâtre, peut basculer sur une pointe», témoigne Christiane Martin Chambard. Cette psychologue clinicienne et psychothérapeute, qui travaille aussi en énergétique, utilise le triangle dramatique en individuel et en collectif, notamment en entreprise. «Ma façon de travailler avec (ce triangle) est de repèrer et de comprendre les situations toxiques qui peuvent nous mener à l'épuisement», précise-t-elle. L'enjeu est de regarder par quel rôle priviégié nous entrons dans les situations. «Nous avons tous un rôle de confort qui nous piège. D'ordinaire, nous ne voyons pas le problème; nous commencons à le voir quand le système bascule et c'est trop tard. L'idée est de permettre aux gens de s'en rendre compte et d'éviter de plonger.» Sortir du piège triangulaire nécessite en premier lieu une prise de conscience et une responsabilisation individuelle. Car ce triangle va en s'aggravant. «De coups de théâtre en coups de thréâtre, les parties deviennent plus fréquentes et on cherche une excitation négative de plus en plus forte, donc plus violente», alerte Christel Petitcollin. Cette intensification des jeux est en train de se généraliser: jets de pierre contre les pompiers, violence envers les enseignants, attentats... Dans ces jeux psychologiques, sclérosants et mortifères, nous sommes piégés dans un rapport au monde «tout extérieur», d'où la nécessité d'un travail sur soi. Pour changer les choses, il faut déjà accepter de se remettre en cause... A cette fin, il est essentiel de repérer ses propres jeux et ceux de son entourage en observant le déroulement et le contenu de ses échanges habituels. Ce recul enlève la charge dramatique et autorise l'humour: «Les situations deviennent cocasses», partage Christel Petitcollin. Le jeu, qu'il soit individuel ou collectif, donne toujours l'impression d'avoir été généré par «l'autre». Pourtant, nous sommes forcément partie prenante, car sans partenaire de jeu consentant, il n'y a pas de partie possible!

victime, bourreau, sauveur, role, conscient, je, jeu, drame, relation
La kinésiologie peut permettre cette remise en cause, apporter le recul nécessaire afin de mettre un terme à ces spirales relationnelles infernales.

regardez ma prestation en rapport avec cet article :
SÉANCE DE KINÉSIOLOGIE POUR ADULTE ET ENFANT

remercier
MERCI pour votre merci
ENVOYER À UN(E) AMI(E)

VOUS



VOTRE AMI(E)



COMMENTAIRE


je ne suis pas un robot


les emails ne sont pas transmis à des sociétés externes
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE
2 partages
partager



POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Prévenez le mal avant qu'il n'existe ; calmez le désordre avant qu'il n'éclate. »
Lao-Tseu