www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Coline CORNEFERT
Kinésiologue, Praticienne neuro-quantique PEACE, EnergéticienneNantes, kinésiolgue, Cornefert, burnout, PEACE, énergie
Coline CORNEFERT
ARTICLES
ARTICLES > MES MÉTHODES
LE REMÈDE CONTRE LA DOULEUR EST DANS LA DOULEUR ELLE-MÊME
article de Coline CORNEFERT, publié le 6 juin 2019 2 min à lire 51


Lorsqu'une douleur se manisfeste, qu'elle soit physique ou psychologique, nous avons tous le reflexe à vouloir la fuir, à la faire taire, disparaitre, à nous en éloigner. Parfois nous la haïssons, si seulement elle n'était plus là, si seulement je ne l'avais pas!

Alors qu'au contraire, même si cela peut sembler maso à certain, il faut aller vers elle, la laisser s'exprimer dans son entiéreté, rentrer à l'intérieur et la traverser pour la rencontrer et l'écouter. Car cette douleur, c'est nous!

C'est une partie de nous qui s'exprimer, une partie que souvent nous n'écoutons pas, que nous avons mis de côté. Derrière elle il y a un petit enfant blessé, qui manque inexorablement d'amour et d'attention!

Alors vouloir la fuir, la faire taire, disparaitre, nous en éloigner, c'est nous éloigner de nous-mêmes, de cette part dite d'ombre car inconnu et jamais entendue. C'est cette part qui a été brimée, cassée, blessée et qui cherche par tous les moyens à remonter à notre conscience pour enfin être reconnue et prise en considération.

Parfois ce n'est pas même conscient, juste un ressenti, une sensation, une émotion. Car cette part blessée l'a été à un âge où la conscience reflexive n'était pas encore mature, à un âge où il y avait juste le corps pour exprimer et ressentir.

Alors la fuir, c'est nous fuir nous-mêmes; lutter contre, c'est lutter contre nous-mêmes; la haïr c'est nous haïr nous-mêmes.

Comment être serein, cohérent, aligné si nous occultons, mettons de côté, luttons contre une partie de nous? Comment être dans l'harmonie, l'union avec notre environnment si nous sommes séparés à l'intérieur? Comment être dans l'amour, être aimé si nous tenons éloignée cette part qui ne demande qu'à être embrassée et choyée?

Elle demande de l'attention et de l'amour que seuls nous-mêmes pouvons donner. Pas un compagnon, pas un ami, pas un parent. Seuls nous-mêmes pouvons approcher, réparer, soigner cette part, seuls nous-même pouvons à présent lui donne tout l'amour et toute l'attention dont elle a besoin. Nous l'avons éloignée, alors à nous de l'apprivoiser, de la retrouver.

C'est son appel, l'appel à notre unité, l'appel de l'amour pour nous-mêmes, pour être dans l'amour et pouvoir en donner. ❤️

Ce sont de nos propres failles que surgissent la plus des belles lumières, ne pas refermer mais au contraire, ouvrir grand, encore plus grand ! ✨
© Coline CORNEFERT
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/coline-cornefert
Mots clés : douleur, amour, soi, union, blessure, harmonie, chemin
Seul ce n'est pas toujours éviter, surtout à cet âge où uniquement le corps s'exprimait. Des thérapeutes sont là, non pas pour vous soigner, mais pour ouvrir le chemin de vous vers vous-mêmes.
cliquez pour voir ma prestation en rapport
SÉANCE DE KINÉSIOLOGIE POUR ADULTE ET ENFANT
Envoyer cet article à un ami
VOUS



VOTRE AMI(E)



je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'infos pour mes nouveaux articles Copier cet article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Partager cet article sur FacebookPartager cet article sur Twitter






POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Prévenez le mal avant qu'il n'existe ; calmez le désordre avant qu'il n'éclate. » Lao-Tseu