www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
Coline CORNEFERT
Kinésiologue, Praticien neuro-sensoriel PEACEkinésiologie, Nantes, kinésiolgue, Cornefert, stress, émotion, PEACE
Coline CORNEFERT
ARTICLES
ARTICLES > CONNAISSANCE DE SOI
LES VÉRITÉS, OU LA POSSIBILITÉ DE SE RAPPROCHER DE SOI
publié le 23 octobre 2019 3 min à lire 69

Il n'y a pas de vérité objective mais plutot des vérités subjectives. Car chacun appréhende le monde avec ses filtres, ses conditionnements, son éducation, sa culture, son origine socio-culturelle, ses héritages et ses expériences.

Il ne faut donc pas penser le monde en terme de faits objectifs (s'il y en a) mais de réalité subjective, propre à chacun. Si l'on prend l'exemple d'un film qu'un individu aura vu avec toutes les autres personnes de la salle: imaginons, cette personne sort du film en ayant focalisé sur la scène où les protagonistes s'expliquent et s'écoutent avec empathie. Cette personne va ensuite se promener dans un parc et tombe sur une famille de canard où la maman attend ses petits qui traversent la route. Puis elle se perd et demande son chemin à un inconnu qui lui répond gentiment et, enfin chez elle, elle a une conversation profonde avec un ami. Alors dans son monde à elle, elle aura l'impression que tout est en lien, que le lien est partout, sincère et l'entraide bien présente.
Prenons maintenant un autre individu qui a vu le même film: cette personne a focalisé sur la scène de conflit entre les protagonistes. Elle va au boulot le lendemain et se fait sévèrement vilipender par son chef sur un projet qu'elle n'a pas encore rendu, puis rentre chez elle et a une dispute violente avec sa femme. Enfin elle regarde les infos et voit toutes les atrocités du monde en se disant que la vie est pourrie. Elle finit alors sa soirée à jouer sur son ordinateur, seule en se sentant séparée, sans lien avec personne, exclu du monde.

Voilà deux réalités parallèles, deux réalités juxtaposées et pourtant bien différentes. Ces réalités dépendent de l'intrication des événements dans la vie de ces deux individus en relation avec ce qu'ils émettent en terme de personnalité (le premier aura peut-etre grandi dans une famille unie où ses parents l'auront encouragé et soutenu; l'autre dans une famille où ses parents se seront déchirés, où il n'aura pas eu sa place et l'écoute associée). Cette personnalité profonde crée la façon dont ils vont percevoir les choses et le monde. Là où leur regard ira, le type de personne qu'ils croiseront, sera fonction de celle-ci. Ils viveront une réalité bien différente même si confrontées aux mêmes événements objectifs.

Quelque part, toutes les personnes que nous rencontrons, côtoyons, sont en résonance avec ce que nous sommes, la réalité que nous émettons. Parfois c'est juste un bout qui est intriqué, parfois plus. Mais au fur et à mesure que nous nous ouvrons à l'amour, nous rencontrons des personnes qui vibrent sur la même fréquence que nous. Si nous rencontrons des personnes en colère ou méprisante, c'est que nous résonnons encore avec cette colère ou cette réaction de méprise. Peut-etre juste bout, mais un bout qui met en lumière une facette de nous-mêmes.

Au fur et à mesure de notre évolution dans la vie, de nos prises de conscience et de notre connaissance de nous-mêmes, il est possible de perdre des ami-e-s, même de très bons amis. Non qu'on se soit disputés mais petit à petit les échanges se font plus rares, les rencontre aussi, on ne comprend pas trop ce qui se passe. Et puis l'on rencontre d'autres personnes, qui vibrent sur la même fréquence que nous, et ce sont des rencontres de cœurs. On a l'impression de les connaître depuis toujours en quelques heures. Ça ca ne s'explique pas, cela vibre autrement.
Et peut-être qu'un jour ces personnes là sortiront à leur tour de notre vie, car notre réalité aura encore changé.

Et je pense que les grands événements que l'on vit tous sont la résultante de toutes les réalités additionnées, celles qui sont nourries par le plus grand nombre, l'égrégore le plus important. Après chacun le vit différemment, par ex, la mort de Chirac peut passer à 10 milles lieux au dessus de la tête de certains, d'autres vont y trouver matière à débat, d'autres vont être tristes, etc.

En fait, la vie est cet incroyable révélateur de nous-mêmes, cette mise à nu et en lumière de ce que l'on émane, de ce que l'on est profondément. Il vient de la rencontre avec l'autre, avec les évènements de notre vie; que ces rencontres soient bénéfiques ou non, que ces évenements soient positifs ou non. Cela vient nous "guérrir" des évènements qui n'auront pas été vécu dans l'amour durant notre enfance. Chaque instant, chaque rencontre, chaque occasion est donc notre maitre, possibilité de grandir en conscience. Ne rejeter rien, tout est nécessaire pour se reprocher de notre nature profonde: l'amour <3
regardez ma prestation en rapport
SÉANCE DE KINÉSIOLOGIE POUR ADULTE ET ENFANT
© Coline CORNEFERT
reproduction interdite sans mon accord, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/coline-cornefert
mots clés : filtre, vérité, vibration, fréquence, amour, rencontre
Cet article vous plaît ? cliquez pour ajouter 1 merci
MERCI pour votre gratitude
Envoyez cet article par mail à un(e) ami(e) cliquez






je ne suis pas un robot

Copiez cet article sur votre Zenopage cliquez
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Réseaux sociaux : partagez sur Facebook | partagez sur Twitter
Soyez informé des nouveaux articles, abonnez-vous à ma lettre d'info cliquez






POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Prévenez le mal avant qu'il n'existe ; calmez le désordre avant qu'il n'éclate. »
Lao-Tseu