www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Coline CORNEFERT
Kinésiologue, Praticienne neuro-quantique PEACE, EnergéticienneNantes, kinésiolgie, Cornefert, burnout, PEACE, énergie
Coline CORNEFERT
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES > CONNAISSANCE DE SOI

RENCONTRER QUELQU’UN EN SON CENTRE ET PRENDRE LE RISQUE D'ÊTRE AIMÉ

article de Coline CORNEFERT, publié le 21 mai 2020 5 min à lire 269 4

Art© Chiara Bautista


"Deux personnes qui se rencontrent, c’est deux mondes qui se rencontrent.
La chose n’est pas simple, mais au contraire très complexe, la plus complexe qui soit.
Chaque personne est un monde en elle-même : un mystère complexe, avec un lointain passé et un futur éternel.

Au départ de la relation, seules les périphéries se rencontrent.
Mais si la relation croît en intimité, devient plus proche, devient plus profonde, alors peu à peu, les centres commencent à se rejoindre.
Lorsque les centres se rejoignent, c’est ce qu’on appelle l’amour.
Lorsque les périphéries se rencontrent, cela s’appelle faire connaissance.
Vous prenez contact avec l’autre, de l’extérieur, juste à partir du bord : vous faîtes alors connaissance.
Fréquemment, vous vous mettez à appeler votre rencontre amour.
Vous êtes alors dans l’erreur.
Faire connaissance n’est pas aimer.

L’amour est chose très rare.
Rencontrer quelqu’un en son centre, c’est passer soi-même par une révolution, car si vous voulez rencontrer quelqu’un en son centre, il vous faudra lui permettre d’arriver, lui aussi à votre centre.
Il vous faudra devenir vulnérable, absolument vulnérable, ouvert.
C’est risqué.
Laisser arriver quelqu’un à votre centre est risqué, dangereux, car vous ne savez pas ce qu’il va vous faire.
Et une fois tous vos secrets connus, une fois votre intimité dévoilée, une fois que vous êtes complètement exposée, que fera-t-il ?
Vous ne le savez pas.
Et la peur est là.
C’est pourquoi nous nous ouvrons jamais.

Une simple rencontre et nous pensons que l’amour est arrivé.
Les périphéries se touchent et nous croyons que nous sommes rencontrés.
Vous n’êtes pas votre périphérie.
En réalité, la périphérie est la frontière où vous finissez, c’est la palissade qui vous entoure.
Ce n’est pas vous !
La périphérie est le lieu où vous finissez et où commence le monde.
Même des maris et des femmes qui auraient vécu ensemble depuis de nombreuses années peuvent être des étrangers, ils ne se connaissent pas l’un l’autre.
Et plus longtemps vous vivez avec quelqu’un, plus vous oubliez complètement que vos centres sont restés inconnus.

La première chose à comprendre est donc : ne confondez pas relation, couple et amour.
Même si vous faites l’amour, même si vous avez une relation sexuelle, le sexe est, lui aussi, à la périphérie.
A moins que les centres se rencontrent, le sexe n’est que la rencontre de deux corps.
Et la rencontre de deux corps n’est pas votre rencontre.
Le sexe, lui aussi, reste une relation superficielle – physique, corporelle, mais toujours superficielle.
Mais vous ne pouvez permettre à quelqu’un de pénétrer jusqu’en votre centre que si vous n’avez pas peur, que si vous n’avez aucune crainte.

Aussi, je vous dis qu’il y a deux sortes d’existence.
L’une est dirigée par la peur, l’autre par l’amour.
Vivre dans la peur ne pourra jamais vous permettre une relation profonde.
Vous restez craintif et vous ne pouvez laisser faire l’autre : vous ne pouvez lui permettre d’entrer en vous vraiment jusqu’à votre cœur.
Vous tolérez l’autre jusqu’à un certain point, et puis c’est le mur et tout s’arrête.

Celui dont la vie est tournée vers l’amour est l’être religieux et spirituel.
Etre tourné vers l’amour veut dire : ne pas avoir peur de l’avenir, ne pas avoir peur du résultat ni des conséquences : vivre ici et maintenant. "



Ce texte d'Osho nous illustre de façon plus poussée ce que signifie alors prendre le risque d'être aimé.

A tou-t-e-s celles et ceux qui se posent des questions sur leurs relations: pourquoi est ce si compliqué, si difficile d'être avec l'autre, d'être en relation; pourquoi se retrouve t on dans des situations enchevêtrées, bancales, voir inextricables, avec doute et hésitation; pourquoi n'y arrive t on pas; pourquoi reste t on seul; pourquoi en vient on à se déchirer, se détester; qu'est ce qu'une relation saine; comment mettre fin à cette récurrence de relations inabouties?

Première chose à savoir: la relation permet avant toute chose de se connaître, permet une véritable rencontre avec soi-même. Nous ne pouvons pas nous découvrir réellement tout seul, car nous regardons les choses sous le spectre de nos filtres, notre mental est habile et justifie beaucoup de chose, il se raconte des histoires et nous leurre bien souvent, nous tournons en rond. La véritable rencontre avec ce qui est se joue via le prisme de la relation (quelle qu'elle soit), de la relation consciente (je prends la responsabilité de moi-même et de ce qui va se réveiller chez moi via l'autre, je suis avertie de ce processus et sors du cercle bourreau-victime-sauveur et de la culpabilité).
La deuxième chose concerne la quête du couple: derrière cette quête effrénée se cache une quête d'unité, cette unité bien rare dans notre monde physique où règne la dualité (retour à cet état de plénitude, de fusion d'avant naissance). Mais cette unité apparente ne pourra se faire qu'à condition de partir à la rencontre de ses parts d'ombres enfouies, qu'à condition de s'accueillir parfaitement et totalement.

Ceux qui entrent dans notre vie sont en fait les révélateurs de nos blessures et embûches inconscientes. Ils nous permettent, en mettant les doigts dessus, de conscientiser, d'apaiser et de dépasser nos parties d'ombre, ce qui n'a pas été vécu dans l'amour. Cela nous est ainsi resservi afin de transcender nos filtres. Ceci est d'autant plus poussé lorsqu'il s'agit de partenaires intimes. C'est pour cela que, passé la phase fusionnelle d'amour passion, la vie de couple peut devenir plus difficile, parfois bancale, jusqu'à l'extrême: insupportable. Alors, il faut accepter de jouer, arriver à plonger à l'intérieur de soi et aller regarder nos blessures et parts cachées. Ce n'est pas simple, parfois pénible si les blessures sont profondes et ancrées. C'est aussi une attention de tous les jours, un équilibre fragile, une intimité de plus en plus poussée qu'il faut accepter. S'ouvrir à l'autre, complètement. Un couple se délite quand l'un des deux n'a pas accepté ce jeu (bien sûr je ne parle pas des pervers narcissiques ou autres violents. Quoi que là encore il faudrait se poser la question de ce qui nous amène à ce genre de relation).
L'autre est notre reflet, tel un miroir il nous permet constamment de nous révéler à nous-même.

Une fois cela acceptée et dépassée, la relation peut être profonde et réelle, ne plus vaciller si facilement, les deux restant libres dans un respect mutuel.
© Coline CORNEFERT
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/coline-cornefert
Mots clés : amour,couplé,relation,ouverture,centre
Partager sur ou
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« L'arbre est devant la fenêtre du salon. Je l'interroge chaque matin : Quoi de neuf aujourd'hui ? La réponse vient sans tarder, donnée par des centaines de feuilles : Tout. » Christian Bobin