www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Coline CORNEFERT
Kinésiologue, Praticien neuro-quantique PEACEkinésiologie, Nantes, kinésiolgue, Cornefert, stress, émotion, PEACE,
Coline CORNEFERT
VIDÉOS
VIDÉOS > MOMENTS DE VIE
"ET JE CHOISIS DE VIVRE"
vidéo ajoutée le 26/07/19 141 3
Le deuil, personne n'ose en parler. Alors en faire un film, il fallait oser !

"Et je choisis de vivre" est un film sur le deuil d'un enfant, sur le deuil plus généralement, sur les deuils.

Amande nous fait là un cadeau, son cadeau à toutes mamans en deuils d'un enfant.

Anéantie par la souffrance de la perte de son bébé Gaspard d'à peine un an, elle décide de partir à la rencontre de femmes qui ont vécu la même épreuve; et d'entendre comment, elles, ont pu continuer à vivre; comment, elles, ont choisi de vivre. Et c'est bien de vivre qu'Amande choisira !

Une ode à la vie plus qu'un film triste ou déprimant. Une force qui s'éveille en nous en même temps que l'éveil d'Amande à sa vie. On est touché, ému et submergé d'émotions de vie, d'être en vie.

Ce film ouvre un espace de parole, brise un tabou encore trop présent dans notre société: parler de la mort, parler du deuil, parler de cette inconnue qui nous effraie tant. Cette mort que l'on voudrait ignorer, cet événement de vie qu'on ne voudrait jamais expérimenter, cette idée auquelle on ne voudrait jamais penser, cette image que l'on ne voudrait jamais voir. Mais qui fait partie, plus que tout, de la vie !

Ce qui nous manque, c'est un espace de parole et une forme de rituel pour commémorer. Se réunir et en parler. Tout simple sans forcément de religion. Se relier, aux morts comme aux vivants. De religare: relier, attacher.
Rituel si simple: un espace, un parole, un acte intégré dans un quotidien. Ce qui a été oublié par la société. Et qui manque, à faire mal quand il s'agit de morts.
Oser la raconter, c'est le pari de ce film amateur d'une splendide beauté, filmé au cœur de la Drôme sauvage.

Deuil d'une personne chère, d' un lieu ou d'une chose aimée.
Mais aussi tous les deuils de soi à soi-même, de toutes ces parties/facettes que l'on a abandonné pour répondre aux attentes de nos parents, de la société. Ces parties de nous qui pleurent cachées.
Deuils écologiques, de ces catastrophes écologiques qui deciment faune et flore.
Deuils sociétales, nous animaux sociaux qui ont vécu en tribu des millénaires durant esseulés par la modernité.
Deuils de nos ancêtres, qui n'ont pas été acceptés, partagés ou racontés. Ces non dits et traumatismes qui se transmettent de génération en génération.
Tous ces deuils non reconnus, vivants en nous, encore maintenant.

Des deuils, chacun en a. Nous les portons avec l'humanité.

Ce film, ce n'est que de la vie, et de l'amour. Oui énormément d'amour.

"Les vivants ferment les yeux des morts et les morts ouvrent les yeux des vivants"
mots clés : deuil, enfant, mort, vie, vivre, joie, parole, rituel, amour
regardez ma prestation en rapport
SÉANCE DE KINÉSIOLOGIE POUR ADULTE ET ENFANT
3 mercis - Cette vidéo vous plaît ? cliquez pour ajouter 1 merci
MERCI pour votre gratitude
Envoyez cette vidéo par mail à un(e) ami(e) cliquez
VOUS



VOTRE AMI(E)



je ne suis pas un robot
Soyez informé des nouvelles vidéos, abonnez-vous à ma lettre d'info cliquez
Copiez cette vidéo sur votre Zenopage cliquez
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici





POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Je ne suis qu’un individu de plus dans le rouage dans la vaste machine cosmique. Moi qui croyais être libre et autonome, je ne suis qu’une poussière dans l’univers. »
Nassim Harraneim