www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

ÉQILIBRE
Isabelle ROISSARD
massage Tuina - Réflexologie plantaire - Reiki- Hatha Yoga
éQilibre
Isabelle ROISSARD
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES > LES HUILES VÉGÉTALES

LE MACÉRÂT HUILEUX D'ARNICA

article de Isabelle ROISSARD, publié le 27 novembre 2018 3 min à lire 98
Arnica montana



Un macérât est le résultat d’une macération, procédé qui consiste à laisser séjourner un solide dans un liquide froid pour en extraire les composés solubles. Ici, il s’agit de laisser macérer des fleurs d’arnica des montagnes dans une huile végétale, comme celle d’amande douce, d’olive, ou le plus souvent de tournesol.
Comme son nom l’indique, l’arnica des montagnes pousse essentiellement entre 800 et 3000 m d’altitude (étages montagnard et alpin) des principaux massifs de France et d’Europe centrale et septentrionale. Elle y fleurit de mai à août.
L’arnica des montagnes est désormais une espèce protégée car elle n’existe qu’à l’état sauvage où elle tend à se raréfier pour diverses raisons (réduction de son territoire du fait de l’agriculture intensive, surexploitation par l’industrie pharmaceutique…). Seule la cueillette manuelle en est autorisée, sur demande auprès de la collectivité territoriale compétente (commune dans les Vosges, département dans l’Isère, préfecture dans les Alpes de haute Provence…). A l’heure actuelle, les tentatives de mise en culture n’ont pas donné de résultats probants.

Pour la petite histoire :
Le nom d’arnica résulte d’une altération latine du grec ancien πταρμική « ptarmique » (plante dont les fleurs font éternuer). Cette 1ère appellation est transformée en « arnica » au XVIIe siècle par le médecin allemand Jean-Michel Fehr qui la recommande en effet comme poudre à priser et à éternuer purgeant le nez
Parmi ses multiples noms vernaculaires, retenons celui de « tabac des Alpes » ou « tabac des Vosges » qui rappelle que les feuilles sèches d’arnica des montagnes étaient autrefois fumées par les populations locales comme remède contre les bronchites, les quintes de toux et les gros rhumes. Celui, aussi, d’« herbe aux chutes », référence à ses propriétés anti-ecchymotiques.

Composition :
La composition en acides gras et vitamines du macérât huileux d’arnica varie selon l'huile dans laquelle les fleurs ont macérées. Pour une macération à l’huile d’amande douce, voir ici .

Les constituants actifs propres à l’arnica sont des lactones sesquiterpéniques (dont hélénaline et dihydrohélénaline), coumarines (dont ombelliférone), phénols (dont thymol), flavonoïdes et caroténoïdes.
L’hélénaline et la dihydrohélénaline donnent à l’arnica des montagnes ses propriétés analgésique et anti-inflammatoire, renforcées par le thymol qui y ajoute son caractère chauffant et stimulant. Les caroténoïdes ont une action antioxydante et photoprotectrice, cette dernière accentuée par l’ombelliférone. Les flavonoïdes sont également antioxydants, mais aussi veinotoniques.

Utilisations :
Par voie interne :
L’utilisation par voie interne est formellement proscrite en raison de l’arnicine contenue dans l’arnica, très toxique si elle est ingérée.

Par voie externe :
Elle ne doit pas être appliquée sur une plaie ouverte
Propriétés :
- améliore la circulation sanguine
- apaise les douleurs
- réchauffe

Usages thérapeutiques :
- réduit les ecchymoses et les œdèmes : elle est donc parfaite en cas d’entorse.
- donne bonne mine
- soulage les congestions, jambes lourdes et varices
- calme toutes les inflammations articulaires de type arthrite, arthrose ou rhumatismes ;
- détend les muscles avant ou après l’effort : aide donc aussi bien à la préparation qu’à la récupération musculaire ; évite les contractures et courbatures.


Caractéristiques :
Peaux choquées, muscles et articulations endoloris. Attention : le macérât huileux d’arnica, comme celui de calendula, contient des caroténoïdes aux propriétés colorantes, il convient donc de bien le faire pénétrer avant de passer un vêtement.
Couleur jaune orangé. Odeur discrète. Texture fluide.
Peut s’utiliser pure ou en association avec une autre huile végétale. Se conserve au frais (< 20°), à l’abri de l’air et de la lumière.


Le truc du thérapeute :
Pour ma part, je l’utilise pure comme support d’huiles essentielles en cas de sciatique et en association avec une autre huile végétale (carthame, millepertuis par exemple) en cas de grippe ou de tendinite.
© Isabelle ROISSARD
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/eqilibre
Mots clés : huilevégétale,arnica,courbatures,douleursarticulaires,congestions
Partager sur ou
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Vous ne pouvez pas épuiser votre créativité. Plus vous l’utilisez, plus vous en avez. » Maya Angelou