www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Françoise PIGAL
Soin-émotion au féminin, réflexologie plantaire personnalisée, magnétiseuse, séance à distance de guérison en canalisation, coach en alimentation santé et hygiène de vieréflexologie plantaire, magnétiseur, fleurs de Bach, soinénergétique
Françoise PIGAL
LIVRES
LIVRES > SANTÉ
AYURVEDA, LA VIE EST UN ÉQUILIBRE : GUIDE COMPLET DE LA NUTRITION ET DES TYPES CORPORELS AYURVÉDIQUES, RECETTES AYURVÉDIQUES
Maya TIWARI
éditions Guy Trédaniel | Art, Cuisine recettes, Développement personnel, Énergie, Nutrition, Santé, Spiritualité | 125   10



L'Ayurveda est la science médicale hindoue: la science de la santé et de la longévité.
Maya Tiwari, une Indienne de la Guyana, vivant aux États-Unis, a pu guérir d'un cancer en décidant de mener une vie et une alimentation saines.
Elle présente dans ce livre sans équivalent, les principes de l'Ayurveda, qui sont un trésor pour tous ceux qui veulent vivre en accord avec la nature, et leur nature ainsi que 160 recettes salutaires basées sur le tempérament, l'équilibre ou le déséquilibre des éléments et des dosha. Au caractère pratique de ce livre de diététique, permettant en outre de découvrir une cuisine merveilleuse, savoureuse et salutaire, s'ajoute la profondeur de l'exposé philosophique.
On ne vit pas pour manger, et on ne mange pas simplement pour vivre. La nourriture peut nous mettre en harmonie avec la " mémoire de l'univers ", en nous aidant à retrouver les racines que nous avons perdues.
 
MON AVIS
Un véritable cou de cœur. Un magnifique livre, que je recommande à tous ceux et celles qui souhaite vivre en accord avec la nature, et leur nature pour apporter l'équilibre dans leur vie.

Je n'est pas résister à vous transmette un extrait du livre , que voici ci-dessous :

L'Ayurvéda La Vie est un Équilibre

L'ayurvéda est une branche du veda, la traditionprimordiale du sanatana dharma (lexperennis). Extrait page 13 du livre ''Ayurveda la vie est un équilibre'' de Maya Tiwari

L'Ayurvéda n'est pas seulement la science médicale hindoue, préventive et curative ; elle est aussi une 'philosophie', un art de vivre. Traitant des symptômes, l'ayurveda guérit en supprimant les causes de la maladie. Les rshi ont enseigné ce dont les Occidentaux contemporains comment à s’apercevoir, à savoir que les transgressions contre les lois de la Nature, contre notre propre sagesse intérieure, sont la cause de la maladie. La maladie peut-être d'origine physique ou karmique.
Les maladies physiques sont dues à l'usage excessif des sens, à une alimentation impropre, ou à l'ignorance des cycles des saisons ou de notre âge.
Les maladies karmiques sont la conséquences d'actions incorrectes accomplies dans cette vie, ou dans une vie antérieure.
Vers le VIII s..., en Inde, quand la 'renaissance' (ce que nous appelons improprement 'incarnation') fut reconnue comme une vérité, on comprit que le corps physique est la seule partie de nous qui meurt.
Notre instrument psychique, ou anthkarna, qui est composé de l'intellect (buddhi), du mental ( manas) et de l’ego (ahamkära), voyage de vie après vie jusqu'à ce que nous atteignions le libération finale, moshka.
Ce livre traite des deux types de transgression parce que, en fait, il ne peuvent être séparés. Tant que nous ignorons une condition karmique (karma signifie action, rite sacré, et conséquence des actes passés; c'est dans ce sens qu'il est utilisé ici, ndr),
nous ne pouvons réaliser notre totalité ; tant que nous ignorons une loi naturelle, nous restons fragmentés.
L'Ayurvéda supprime la cause de la maladie en corrigeant ces transgressions et en réétablissant l'équilibre de notre système. Pour considérer notre entière nature cosmique, nous devons considérer toutes les parties composantes d'un être humain. Selon l'ayurvéda, nous sommes composés de trois corps : physique, astral et causal. La forme physique nous à été donnée comme véhicule pour pratiquer les sadhanas, les activités saines. Grâces à ces pratiques, nous sommes capables de comprendre nos trois corps, ou les trois aspects de notre nature. La nourriture, qui contient la mémoire de tous les temps, est un moyen très efficace d'équilibrer notre existence.
Selon les rshi, le prânava OM est le son primordial. Puis les cinq mahâbhûta, les cinq grands éléments, sont apparus. Ils prennent la forme, dans le corps humain, des trois dosha, humeurs corporelles. Cest à partir de ces trois dosha que notre constitution naturelle, notre prakrti, notre nature est formée. Quand nous nous identifions avec ces éléments primordiaux, nous créons un pont qui nous permet de remonter au ciel : nous nous rapprochons de nos racines cosmiques.

Om est tout cela. Tout ce qui est passé, présent, futurs, est Om.
Et ce qui est au-delà du triple temps est Om. (Mândûkya Upanisad, 1.1.)

Selon les Veda, la naissance humaine est ce qu'il y a de plus difficile à obtenir dans ce cycle karmique. C'est le plus grand acte de transformation dont un être humain fait l'expérience. Le libre arbitre est notre Divin droit de naissance, comme le sont vos capacités d'auto-réfléxion et de distraction. C'est la distraction qui a, en partie, créer notre état présent de confusion et de chaos.
La terre a existé pendant des cycles immenses avant notre arrivée.Quand nous connaîtrons la beauté du magnétisme cosmique parmi toutes les formes de vie, nous commencerons à nous connaître. Présentement nous nous occupons de nos moi individuels, et de recherche extérieures, qui nous éloignent de la vibration universelle. L'univers est une entité cohérente maintenue en mouvement majestueux par l'espace (akasha, l'éther). Être obsédés par notre quête d'unicité et d'excellence personnelle, en ignorant cette immensité donneuse de vie et de ce qu'elle contient, est un comportement d'adolescents immatures. Et à l'inverse, être obsédés par les malheurs de notre planète et perdre de vue le soi véritable, qui est conscience et préconscience, est également un manque de maturité. Mais il n'y a rien d'intérieur ni d'extérieur : le microcosme est homologue au macrocosme, la vibration (spanda) n'est pas divisée en moi et le monde, en sujet et objet.

Selon les Veda, le corps entier est renouvelé totalement tous les sept ans (année climatérique). Néanmoins, la maladie persiste au-delà des cycles de renouveau, parce que nous sommes incapables de faire la transition entre nos mois séparés et empiriques et l'état total de cognition. Nous vivons dans le passé et le futur prisonniers des concepts de temps et d'espace. En réalité, le présent intemporel et illimité est toujours avec nous.
Nous avons seulement besoin de nous rappeler cela – être dans notre nature véritable, être présent dans nos actes, si présent qu'ils deviennent des non-actes, écarter des ouï-dire, les croyances parasitaires, des mensonges parareligieux ou parascientifiques, être, vivre, simplement.

Ce soi conscient est appelé l'Älman, l'Esprit – il y a trois ''soi'' : l'Ätman intérieur (antahkarma), l'âtman extérieur (corps, deha), et l'âtman suprême, paramâman, le soi véritable, qui n'est relatif à rien, et qui est la source de notre équilibre véritable. La santé n'est pas le recherche séparée d'un corps parfait ou l’édification d'un mental intellectuel, ou même d'austères pratiques spirituelles. La vie à laquelle les sages se réfèrent dans l’ayurvéda est l'union ferme du corps, du mental et de l'Esprit. C'est un équilibre de ces trois facteurs, et l'harmonie de chaque soi avec la nature, la famille et tous les êtres vivants. Quand nous reconnaissons que la fragmentation est la source de la maladie, nous pouvons commencer à bénéficier des pratiques d'une vie holistique.

Le mot Dosha signifie littéralement ''faute, erreur, danger, qualité nuisible, maladie, défaut''.
C'est la définition donnée par les anciens de notre nature empirique. L'âtman est la seule perfection.

Ce qui est manifesté est soumis à l'impermanence, et ne peux être que défectueux. C 'est au moyen de notre existence fragmentaire, imparfaite, que nous pouvons apprendre à inviter le soi cognitif, plus nous résidons dans le soi cognitif, plus nous nous rapprochons du soi ''conscient'', l'Ätman. Nous pouvons nos efforcer d'acquérir un équilibre dans notre nature dynamique et erratique, et aspirer à la connaissance dont le soi sera l'objet, et l'ego le sujet – car le soi est le connaissant, jamais le connu. Cette nature suprême, immuable, invisible, ineffable, est la nature véritable de notre esprit.C'est ce que véritablement, tattvata, nous sommes. C'est la seule perfection à laquelle nous puissions aspirer. Mais il est erroné et lourd de s’efforcer d'entretenir un corps parfait, une vie parfaite, une santé parfaite, car les exigences de ces efforts dérobent la force vitale. Ce que nous pouvons raisonnablement faire, c'est aspirer à une vie d'équilibre, sans excès. Elle permet de se débarrasser de l'obsession de la perfection entretenue par le mental, et du durcissement d'une volonté imbibée d'inimité. L'Ayurvéda est la recherche d'un équilibre. Une vie équilibrée n'a pas d'extrêmes, et très peu de fragmentation.
10 mercis - Ce livre vous plaît ? cliquez pour ajouter 1 merci
MERCI pour votre gratitude
Soyez informé des nouveaux livres, abonnez-vous à ma lettre d'info cliquez
Copiez ce livre sur votre Zenopage cliquez
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
LES AUTRES LIVRES DE CETTE RUBRIQUE
Sélection par Théranéo : dernièrs magazines bien-être, santé, psycho

n°6 JANVIER 2020

n°53 DÉCEMBRE 2019

n°14 DÉCEMBRE 2019

n°22 DÉCEMBRE 2019
Sélection par d'autres thérapeutes inscrits sur Théranéo : derniers avis de livres
Sélection par Théranéo : derniers livres de la rubrique LIVRES de la plateforme Théranéo



POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit