www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

KI2NOUS2
Alain BAUD
Hypnothérapeute, coachhypnose, hypnothérapie, coaching
Ki2Nous2
Alain BAUD
ARTICLES
ARTICLES
HYPNOSE ET DOULEURS
APPORT DE L'HYPNOSE DANS LA DOULEUR CHRONIQUE
publié le 31 décembre 2019 2 min à lire 5
je ne suis pas l'auteur de cet article voir source

Dans le traitement de la douleur, qu’elle soit aiguë ou chronique, la place des médicaments reste centrale. Toutefois, force est de constater que, dans bien des situations, cette stratégie atteint ses limites, que ce soit en termes de bénéfice ou d’importance des effets secondaires, singulièrement sur des terrains fragiles avec des produits d’action centrale. De ce fait, développer d’autres outils, complémentaires ou alternatifs est essentiel si l’on veut répondre au mieux aux attentes des patients. Parmi les approches non médicamenteuses, l’hypnose, bien que potentiellement très aidante dans la prise en charge de la douleur, reste mal connue. Pourtant, son apport potentiel est considérable, tant pour la prévention des soins douloureux (acte médical, infirmier ou de rééducation), que pour la prise en charge de la douleur aiguë ou chronique ou bien encore pour certains actes chirurgicaux à travers l’hypno-sédation.

Il est certainement utile de rappeler que l’hypnose est un état de conscience particulier mais naturel par lequel chacun de nous passe au cours d’une journée sans s’en rendre compte. Être en état d’hypnose, ce n’est pas dormir. Le sujet perçoit la voix du thérapeute, peut exécuter les gestes qu’on lui propose de réaliser, peut également parler, même s’il y est parfois réticent. Par contre, on note une latence franche entre la consigne et son exécution. Beaucoup d’études ont été réalisées, notamment en imagerie fonctionnelle, qui permettent à tout le moins de confirmer la réalité de l’état hypnotique au niveau de son incidence sur le fonctionnement cérébral. Quant à l’action de l’hypnose sur la douleur, les études réalisées ne sont pas en faveur d’une participation des systèmes opioïdes. Elle pourrait intervenir en renforçant les contrôles inhibiteurs descendants.

En pratique, les indications dans le champ de la douleur sont vastes, à la fois dans le domaine de la prévention des soins douloureux, celui de la douleur aiguë ou chronique. Cette technique peut aussi bien être proposée aux adultes qu’aux enfants, à condition bien sûr de l’adapter à l’âge du patient. Dans tous les cas, c’est bien la relation de confiance entre l’hypnothérapeute et le patient qui est la base de tout. Il convient donc de bien expliquer au patient ce qu’est l’hypnose en insistant sur le fait qu’il s’agit bien d’un état naturel, le professionnel intervenant comme accompagnant dans l’exercice que le patient finalement est seul à maîtriser, pouvant interrompre à tout moment et ne répondant qu’à des suggestions qui sont acceptables pour lui. Il faut se fixer des buts réalistes et progressifs, le patient intervenant de manière active dans la dynamique thérapeutique. Pour cela, l’apprentissage de l’auto-hypnose est très important permettant justement cette autonomisation. Il sera alors possible de progresser sur le fond (changement dans l’appréhension et la gestion des phénomènes douloureux) mais également sur la gestion des épisodes aigus.

Connaître l’hypnose, apprendre à en maîtriser la technique constitue un outil extrêmement utile dans la prise en charge quotidienne de patients douloureux ou susceptibles de subir des actes médicaux ou des soins douloureux. Si elle ne convient pas à tous les patients et toutes les situations, elle enrichit vraiment les possibilités thérapeutiques.
© Je ne suis pas l'auteur de cet article, voir source
Mots clés : douleurs, corps, psychique, hypnose, gestion
cliquez pour voir ma prestation en rapport
SÉANCES D'HYPNOSE ADOLESCENTS ET ADULTES
Envoyer cet article à un ami
VOUS



VOTRE AMI(E)



je suis un être humain
S'abonner à ma lettre d'infos pour mes nouveaux articles Copier cet article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Partager cet article sur FacebookPartager cet article sur Twitter






POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« S'il est impossible de ne pas penser à quelque chose, il reste encore possible de penser à autre chose. »
Lewis CARROLL