www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

LA MAISON DU BIEN-ÊTRE
Mathias GAIFFE
Coach de vie et bien-êtrecoaching
La maison du bien-être
Mathias GAIFFE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / NATURE HUMAINE

COURT, MOYEN, LONG

article de Mathias GAIFFE, publié le 9 juin 2021 3 min à lire 2


Comme pour le café, il existe trois niveaux de vie, le court, le moyen et le long terme. Ces différents points de vue impactent nos existences, puisque gouverner c'est prévoir. Je parle ici de gouverner au sens large puisque chacun gouverne, ou devrait gouverner, sa vie.
Or, ce que l'on appelle état providence veut gouverner nos vies à nos places sous prétexte de bien commun géré par des représentants qui ne représentent souvent qu'eux-mêmes et des intérêts dont nous ignorons à peu près tout à court, moyen et long terme.
La plupart vit à court terme, regarde très peu à moyen terme, et rares sont les pensées tournées vers le long terme. Ce qui est tout à fait normal selon la nature humaine. Ce qui va mettre du sable dans l'engrenage est la bienveillance réelle ou d'apparence de celles et ceux qui regardent et parlent du moyen et du court terme.
Disons que le court terme est la vie au quotidien, au jour le jour. Le moyen terme est en général l'acquisition d'une maison et à tout équivalent. Le long terme est l'évolution du cadre dans lequel se vivent le court et le moyen terme, et cela relève de ce que nous appelons politique.
Chaque domaine a son importance et sa nécessité. Le problème vient quand le long terme absorbe les préoccupations du moyen et du court terme, et prive les gens de ce qui leur permet de se réaliser en tant qu'être humain. C'est l'asservissement, quelle que soit la forme employée.

Par exemple, soumettre les possibilités vécues naturellement sur le court et le moyen terme à la possession d'une carte à valider régulièrement pour pouvoir vivre simplement au jour le jour, afin de satisfaire les ego de celles et ceux qui vivent à long terme, au détriment de celles et ceux qui vivent à court terme, relève de cette imposture du bien commun pensé à long terme par ces ego qui ont satisfaction de soumettre leurs prochains pour des raisons et des motivations politiques, philosophiques et religieuses.
Puisque la religion est le moteur de tout être, de tout groupe. La religion, se mot étrangement tabou de nos jours et comme beaucoup de ce qui touche à la nature humaine réduit à une image d'Epinal.
Une religion, en tous temps et en tous lieux, donne une définition de ce qui est bien et mal, ou bien et absence de bien, une définition de l'au-delà, sachant que la négation de l'au-delà est quand même une définition de cette relation, et une définition des relations des êtres humains entre eux. Ainsi, par exemple, la notion politique de distanciation sociale utilisée récemment a des significations religieuses sur la vie dans la cité. Chacun définissant ce qui est bien et mal pratique une classification morale, et donc religieuse. De même toute personne, même celle qui dit ne croire en rien, est croyante. Car croire en rien est déjà croire, c'est à dire poser un acte de foi, dans un néant peut-être mais c'est tout de même croire.

La nature humaine est la même pour tout le monde, les moyens d'agir dessus étant soit de faire son voyage intérieur pour comprendre, aimer, accepter afin de changer dans la bienveillance envers soit et son prochain, soit de contraindre par la peur, et notamment par la peur de la loi, afin d’empêcher le plein épanouissement de cette nature humaine.
C'est le choix que chacun a, chaque jour. Simple citoyen, politicien plus ou moins honnête, artiste, industriel, employé, rêveur, membre d'une secte, garagiste, parent, enfant, magistrat, ermite, marchand de glaces, sportif...
La particularité de l'esprit humain est qu'il ne distingue pas seul le vrai du faux. Il est donc facile pour des esprits malveillants de faire passer des vessies pour des lanternes. De crier au loup en pointant du doigt l'agneau.
Pour le dire simplement, reconnaître le vrai, le juste, le bon peut se faire après avoir fait le voyage intérieur évoqué plus haut. C'est à dire, pour faire un premier pas sur ce chemin, après avoir trouvé sa vraie personnalité nettoyée des héritage et croyances venues de l'extérieur. Pour arriver à l'amour inconditionnel sans le confondre avec quoi que ce soit. Ce chemin, seul chacun peut l'entreprendre pour soi. Personne, pas même et surtout pas l'état, ne peuvent le faire pour vous. Mais vous pouvez être accompagné pour le faire. Ou bien rencontrer sur ce chemin des oppositions et résistances dues a des jalousies et tout ce qui concerne les ego blessés, y compris ceux des dirigeants politiques, médecins, financiers et autres jaloux et aigris. Disons que le choix est entre l'amour et l'orgueil, la charité et la vanité. Quelque chose comme cela.
© Mathias GAIFFE
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/lamaisondubienetre
Mots clés : termes, vivres, courts, moyens, longs
Partager sur ou
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo
Autres articles de cette rubrique | voir tous




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« La différence entre un rêve et un projet, c’est une date. » Walt Disney