www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

LA MAISON DU BIEN-ÊTRE
Mathias GAIFFE
Coach de vie et bien-êtrecoaching
La maison du bien-être
Mathias GAIFFE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / RELATIONS TOXIQUES

TOXICITÉ - 1

article de Mathias GAIFFE, publié le 14 mars 2022
5 minutes 5


La toxicité


Nous entendons souvent parler de relation toxique. Mais de quelle toxicité s'agit-il? Si c'est au fruit que l'on reconnaît l'arbre, il convient de bien connaître l'arbre. Pour aller du général au particulier, la toxicité vient de ce qui est bloqué en nous sur les plans émotionnel et énergétique. Nous avons donc tous en nous une partie toxique, une part d'ombre.
Comme chacun sa croix, chacun sa part de toxicité et sa relation avec. Chacune des cinq blessures qui empêchent d'être soit permet de comprendre et de définir la sorte de toxicité que chacun véhicule. A même blessure, même genre de toxicité, mais chaque fois de façon unique. Chaque être est unique, et chaque être a donc sa relation avec sa zone d'ombre. Sa zone par laquelle sort et entre l'ombre.
Parce qu'une relation dite toxique, c'est la rencontre entre deux zones d'ombre, entre deux blessures. Derrière l'une des blessures, une personne bienveillante en attente de son éveil, derrière l'autre blessure, un être fermé à lui-même et qui suit un schéma de vie préconçu depuis l'enfance.
La première chose est d'accepter l'existence ou refuser l'existence de cette part toxique. L'aspect « négatif » est difficilement assumé alors qu'il s'agit simplement d'identifier une part de soi à guérir. Guérir la blessure est un acte fondateur fondamental pour exercer le seul vrai pouvoir que nous avons en ce monde, l'empire sur soi.
Ce qui nous donne une première indication sur ce qui exprime de la toxicité, le désir d'avoir du pouvoir sur autrui, de pouvoir le contrôler pour arriver à des fins aussi diverses que variées entre la simple reproduction de schémas familiaux non identifiés, l'héritage transgénérationnel, et la volonté d'empêcher d'être de la part du sommet de l'échelle de la toxicité.
Il faut voir cela comme une sorte de balance. L'être compense à l'extérieur ce qu'il ne peut, et surtout ne veut pas, faire à l'intérieur. Jalousie et manipulation sont les mamelles de cette affaire. La jalousie est celle de l'être qui ne se réalise pas vis à vis de celui qui vit, qui utilise ses capacités et sa créativité. Le jaloux va alors se « réaliser » en empêchant l'autre de se réaliser. Cela se vit sous bien des formes. Une mère de famille qui va dire à son enfant qu'iol est égoïste quand il vit, ou exprime l'envie de faire quelque chose. Cette femme projette ainsi son propre passé étouffé, ainsi culpabilise-t-elle et étouffe-t-elle à son tour. Car ici comme en tout, nous ne pouvons donner à autrui que ce que nous nous donnons. Et tous ces êtres, hommes et femmes, dont les série « Le monstre » (témoignage vécu) et dernièrement « Machinations » (fiction assez juste malgré une fin très heureuse, même si possible dans l'idéal), nous montre les tours et détours employés et toute la capacité de nuisance, de maltraitance et de malveillance, pouvant aller jusqu'à faire mourir l'autre sans avoir l'air d'y toucher. Ou de faire en sorte qu'il finisse à la rue, sous les ponts. Bref, abaisser, détruire le potentiel de vie de l'autre. Si nous entretenons notre toxicité, immanquablement nous la partageons, la distribuons autour de nous.
Le manque de confiance est toxique, les énergies négatives comme celles générées par la peur, la peur qui permet bien des manipulations, sont aussi toxiques. La toxicité est dans tout ce qui empêche notre être d'être bien, dans l'amour et la bienveillance. De fait, et c'est là notre deuxième indice, la toxicité voyage accompagnée ou masquée, le terme est de rigueur par les temps qui courent, entre la colère, ou la haine, et la malveillance, ou toute forme de maltraitance.
Comme les apparences sont souvent trompeuses, il importe de se fier à son intuition, son guide intérieur, tout en s'assurant qu'il ne soit pas parasiter par quelque trace d'ombre, et avoir autant que possible une vue d'ensemble de toute situation pour déceler ce qui est toxique de ce qui ne l'est pas. Le toxique joue sur le fait que l'arbre masque la forêt. Une émotion, liée aux blessures, masque le reste. Il est une sorte, ou elle, d'artiste de l'illusion mais non pas pour amuser son public, le divertir, mais le ruiner, l'abrutir, en faire une loque.
Revenons au point de départ, chacun a une part de toxicité. Qu'est-ce qui va faire la différence entre les uns et les autres ? La capacité de s'aimer inconditionnellement. Qui va entraîner l'acceptation de cette part à guérir. Se permettre d'être alors qu'auparavant nous nous l'interdisions. Aimer est un tabou en quelque sorte. Cela se retrouve dans des clichés comme celui qui veut que l'homme ne doit pas pleurer. Donc l'homme doit refuser ses larmes, de là doit refouler les émotions qui les ont provoquées, donc ne pas aimer, refuser, ses émotions. Aimer, c'est accepter, et c'est s'accepter soi avant tout, puisque nous ne pouvons donner aux autres que ce que nous nous donnons. Ce qui permet d'accepter l'autre. Aimer l'autre tel qu'il est ne signifie pas aimer subir sa toxicités et ses zones d'ombre. Le jeu des blessures est toujours présent et c'est la prise de conscience, l'éveil à soit et au nouveau monde que cela crée qui permet d'avancer vers la lumière au lieu de rester dans l'ombre de soi-même et de l'autre, ou des autres.
Car la toxicité cherche la toxicité. C'est pourquoi les couple qui vont avoir sous l'impulsion d'un des deux un fonctionnement toxique, se forment. Ces couples finissent le plus souvent par le départ de celle ou celui qui subissait, dans ce monde ou, malheureusement dans l'autre monde.
La toxicité est la part de chacun liée aux blessures. Donc un comportement toxique ne va pas forcément désigner une personne malveillante. Par exemple, une personne qui se néglige, que ce soit l'âme, le corps ou l'esprit, deux ou même trois de ces éléments ensemble, comportement toxique, mais s'occupe beaucoup des autres est une personne bienveillante mais sous l'emprise d'une blessure qui le fait se négliger. Et comme dans le cas d'une personne malveillante qui ne dit pas ouvertement les choses, cette personne ne dit pas aux gens dont elle s'occupe « je m'occupe de vous, cela me permet de ne pas m'occuper de moi ».
Cet article est donc le point de départ pour l'étude de ce phénomène, et non une vision d'ensemble totalement explicative. La diversité des situations empêchant cette synthèse.
© Mathias GAIFFE
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/lamaisondubienetre

Mots clés : toxicité, toxique, pervers, narcissique, miroir

découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
Partager sur ou
S'abonner à ma lettre d'info Copier date sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo
Autres articles de cette rubrique | voir tous




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir, et c'est en le donnant qu'on l'acquiert. » Voltaire