www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

LA MAISON DU BIEN-ÊTRE
Mathias GAIFFE
Coach de vie et bien-êtrecoaching
La maison du bien-être
Mathias GAIFFE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / EVEIL EN CONSCIENCE

LA RÉSONANCE DES BLESSURES

article de Mathias GAIFFE, publié le 28 mars 2022
5 minutes 4


Chaque rencontre que nous faisons est une rencontre entre blessures également. Chacune d'elle nous est un enseignement, si nous le voulons bien. De toute expérience quelque connaissance est à tirer, que ce soit ce que l'on appelle une leçon, une expérience...
Votre blessure réagira à ce qui fait qu'elle a été créée. Par exemple, pour un homme ce sera la mère en colère, pour une femme le père autoritaire. Tout ceci est indicatif et chacun doit trouver en lui ce qui lui correspond. La mère ou le père peut avoir été absent. A la place d'autoritaire, il est possible de dire contrôlant, abusif. Chaque situation n'ayant pas de sexe ; un père comme une mère peut être en colère, autoritaire... c'est la vie de chacun qui nous dire la pourquoi du comment.
Chaque nouvelle rencontre est tout sauf un copié-collé. La difficulté est là. Car l'ego, lui, fait un copié-collé de son analyse et de sa solution.
Le souvenir d'un père autoritaire peut trouver un écho dans un homme qui fait autorité (qui a de l'expérience, de la sagesse, etc...). L'auctoritas au sens large a mille facettes, la colère d'une femme mille origines. Image de l'autorité, pourtant deux autorités bien différentes, mais pour l'ego, l'autorité c'est l'autorité, il faut donc se méfier et se battre pour éviter ce qu'il considère être les erreurs du passé (avoir laissé l'homme autoritaire diriger la vie de l'enfant ôte du l'ego).+ Ce qui fera exprimer beaucoup de colère que l'homme sensible à cette situation recevra avec sa blessure et la relation qu'il a avec sa blessure. Chacun est en relation avec ses blessures, relation consciente, légère, ignorée, niée...
Par exemple, une femme qui a été battue, méprisée, humiliée par son père va garder une colère contre l'homme tant que le nettoyage n'est pas fait. Elle va inonder sa vie de mère avec cette colère, par exemple en dressant les enfants contre le père rendu fautif de tout, et surtout des misères de cette femme. Ce qui amène à détruire l'image de l'homme dans chaque enfant, aussi bien fille que garçon. Chaque enfant l'intégrera à sa façon et le transmettra à son tour tant que cela n'aura pas été nettoyé.
Autre exemple, un homme qui fait des enfants, des filles uniquement, pour satisfaire un manque d'amour maternel. Cet homme fait des enfants pour lui non pour eux, pour elles dans cet exemple. Le manque de désir réel sera perçu par chaque enfant comme une sorte de rejet, de refus et ces filles auront des difficultés à devenir femme n'ayant pas été désirée et reconnue pour elles dans leurs premiers temps.
Ou bien encore, l'enfant qui sent la volonté de faire avorter la mère, ou de la mère. Un enfant sent et enregistre tout quand il est dans le ventre. Cet enfant va se sentir désiré « mort » et pour cela va s'interdire de vivre, d'être lui-même, et va se conformer à ce qu'il croît que l'on attend de lui pour être accepté sans crainte.
C'est ce genre de blessure sur lequel se referme ce qui deviendra un ou une perverse narcissique. Une femme abusée par son père, et peut-être même le frère ou plus encore, va refouler l'émotion liée à ce vécu traumatisant insupportable. Et ce vide effroyable que cela génère va lui servir de moteur de vie. Le vide appelant le vide, il ou elle n'aura de cesse de vider les gens heureux autour d'elle ou de lui. Rappelons ici que pour éviter d'accéder à cette émotion liée au souvenir de l'événement traumatisant, le pervers narcissique, ou la perverse narcissique, va refouler toutes les émotions comme tout est lié. Par la moindre émotion la possibilité de remonter à la blessure lointaine. Or, c'est ce qu'ils ne veulent pas, homme comme femme. Ce qui en fait des êtres vidés de toute humanité, c'est à dire de toute émotion et sentiment. Sitôt qu'une émotion ou un sentiment paraît, il ou elle est vite priée d'aller dans les oubliettes fermées à double tours.
Plus doux, l'exemple de l'enfant séparé de la mère par les médecins à la maternité pendant une petite période. Aucune violence, un souci de préserver la santé. Mais l'enfant sens l'absence de la mère...
Attention, ceci n'est qu'une partie de la relation entre les gens. Cela vient et survient et ce qui fera la différence, c'est la capacité à parler, échanger, sur les blessures de chacun. Ceci est à l'opposé par exemple de ce qui se passe dans une relation toxique, dans laquelle le toxique, de son point de vue, ne peut être responsable de quoi que soit, et donc souffrir de quoi que ce soit, c'est nécessairement l'autre.
Le père absent, ce peut être le père mort très tôt, comme le père biologique inconnu, le père alcoolique trop occupé à boire pour être là pour l'enfant, le père voyageur pour son travail...
La mère absente, ce peut être exactement la même chose... il suffit de peu, parfois de très peu...
Par exemple un parent qui répond à l'enfant qui veut lui montrer un dessin qu'il n'a pas le temps...
Cela fait partie de la vie, ce qui compte est d'en avoir conscience et de travailler, les blessures, les situations qui les agitent sont faites pour évoluer.
Ce serait bien plus simple si cela faisait partie de l'éducation au sein de la famille, amour et bienveillance. C'est possible, c'est juste une question de choisir ce chemin plutôt qu'un autre guidé par la colère par exemple (et devenir un tyran que ce soit dan une famille ou à la tête d'un état par exemple). Car tous les politiques qui veulent du pouvoir sur les autres au lieu de sincèrement travailler au bien être sont des blessés de la vie, lesquels peuvent être des pervers, des narcissiques ou des pervers narcissiques. Un des meilleurs moyens de le savoir est d'avoir fait son chemin intérieur, le nettoyage qui va avec pour voir les gens tels qu'ils sont du mieux possible.
Pour parler brièvement de la colère, celle-ci est en nous. Si des situations actuelles peuvent la réveiller, en aucune façon elles ne la créent. Personne ne génère la colère que vous ressentez. Personne d'autre que vous. Mais certaines personnes savent se servir de cela pour manipuler avec de mauvaises intentions. La peur et la colère sont les principaux leviers de la manipulation aussi bien de l'individu que des groupes aussi grands soient ils, et même à l'échelle planétaire quand on en a les moyens.

Amour et bienveillance.
© Mathias GAIFFE
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/lamaisondubienetre

Mots clés : résonances, blessures, enfants, intérieurs, egos, égos

découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
Partager sur ou
S'abonner à ma lettre d'info Copier date sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Vous donnez peu lorsque vous donnez de vos biens. C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez vraiment. » Khalil Gibran