www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

LA MAISON DU BIEN-ÊTRE
Mathias GAIFFE
Coach de vie et bien-êtrecoaching
La maison du bien-être
Mathias GAIFFE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / UNE AUTRE HISTOIRE DES HOMMES

CHANGER POUR CHANGER LE MONDE

article de Mathias GAIFFE, publié le 28 septembre 2022
5 minutes 5


L'abondance se crée, s'organise, la pénurie aussi. L’Histoire est faite des intentions des uns et des autres, des énergies positives et négatives que chacun choisit de mettre en œuvre. Ce choix s'exerce dans le cadre de notre univers qui n'a pas besoin de l'Homme pour fonctionner, mais dont l'Homme fait partie. Et ces choix, personnels, humains, économiques, électoraux... ont des conséquences sur le développement de la bienveillance ou de la malveillance... Nos choix nous rendent acteur de la bienveillance ou complice de la malveillance...

Quelle que soit notre croyance, à l'exception des croyances nihilistes et asservissantes, le monde a été créé. Même les évolutionnistes ont un point de départ, affirmer qu'il n'existe pas de vérité est affirmer une vérité. Les contradictions de certains ne sont pas le sujet du jour, passons à la suite.

L'univers tourne comme une sorte d'horloge avec ses rouages constitué par les galaxies, les systèmes solaires... et plus proches de nous, le rythme des saisons et tant d'autres choses concernant la vie entre autre.

L'homme peut y mettre les mains avec ses bienveillantes ou ses malveillantes intentions, car l'homme est créateur également. Créateur de bien être ou d'absence de bien être, ce que se dit également mal être. Ici, déjà, séparer le bon grain de l'ivraie est important. Mais l'homme a créé tout un tas de choses pour son usage, à des fins bienveillantes ou malveillantes. Ce que nous résumons souvent par cet adage : ni se servir ni asservir mais servir.

La fin malveillante ou bienveillante dépend de l'homme non de la chose en elle-même. Prenez un marteau, certains l'utiliseront pour construire une étagère afin d'améliorer leur maison ou celle du voisin. D'autres s'en serviront pour frapper sur quelqu'un ou des animaux...

La notion de servie a été salie à dessein par certains, masquée sous l'image de l'esclavage. Rendre service, se rendre service d'abord est très important. Travaillez pour une personne privée n'est ni humiliant ni ce que vous voulez, c'est simplement travailler. Dans le cadre privé comme professionnel, la différence vient du cœur de l'homme, non de l'environnement. Charité bien ordonnée commence par soi. Travailler pour autrui a été montré du doigt par les ancêtres de ceux qui aujourd'hui sont quasiment les seuls à employer du personnel, et pas forcément avec leur argent.
Tout ce qui vient de l'homme a une origine humaine. Seulement, cette origine n'est pas forcément visible immédiatement et sont mises sur le compte du hasard qui gère les choses... Aujourd'hui, votre curiosité vous permettrait de découvrir qui a organisé le krach boursier de 1929, les famines qui ont détruit les paysans en URSS, les famines en Ukraine quelques années plus tard... et tant d'autres choses que vous ne voyez pas pour ne regarder que la pointe de l'iceberg généralement! montré par les médias, grands diffuseurs d'émotions négatives et anxiogènes. Donc, malveillantes.

Gardez à l'esprit que gouverner c'est prévoir. Gouverner votre vie ou une ville, un état, une association, un navire... Par exemple, la politique de destruction des producteurs alimentaires que sont les paysans et la mise en jachère de terres, infliger des amendes pour « trop produire » font la politique des dirigeants européens alors qu'il aurait pu être décider de favoriser les producteurs, de produire, faire des réserve, aider certains en France ou à travers le monde avec des surplus...

Inflation, crises, guerres, famines sont donc toutes le fruit de volontés humaines, et sont donc toutes évitables selon les choix que nous faisons. Il faut savoir gratter et regarder le dessous des cartes. Ce que nous n'apprenons pas à la maison, sauf à avoir des parents qui ont choisi un chemin bienveillant ni à l'école qui sert, l'intitulé « éducation nationale » est assez claire à ce sujet, de formatage pour l'acceptation comme étant fruit du hasard, de la fatalité, de toutes ces situations « catastrophiques ».

Seules certaines catastrophes naturelles dues au fonctionnement de l'univers sont inévitables. Les autres catastrophes naturelles, comme les inondations violentes par exemple, naissent parce que l'Homme a cru maîtriser la nature avec un drainage. Le film « la forêt d'émeraude » est symboliquement explicite à ce sujet.

Ces choix, ceux qui les font nous en font porter la responsabilité par le système électoral. Système mis en place pour et par eux afin de faire disparaître derrière une illusion de choix populaire la politique qu'ils mettent en place et qui n'est jamais dans leur programme, ainsi leur responsabilité dans ce qui arrive. Ce qui constitue une grande manipulation, et donc une grande malveillance qui mène à de grandes maltraitances. Les guerres, les famines, sont vécues par des gens qui n'en veulent pas pendant que ceux qui les provoquent continuent de vivre et de bien vivre. Pensez à la nomenklatura soviétique, qui est juste l'appellation locale et temporelle de ce genre de caste profiteuse.

La pénurie, les situations de manques, comme dans les hôpitaux, se calculent et se gèrent sur le moyen et le long terme, les programme politiques flattent sur le court terme. Regardez ce qui se passe en France, avec la suppression de tout ce qui est service de proximité au motif de faire des économies. Pourquoi soudainement compliquer la vie des gens alors que pendant des siècles la politique a été d'être proche d'eux ? Il n'existe pas ou peu de communication sur ces projets à moyens et long terme. Ce qui peut vous guider, c'est votre instinct, votre intuition, et vous y fier.

Tout un travail de sape des émotions et intuitions se fait, notamment par les media et à l'école contre ces « forces positives invisibles » que sont les intuitions, ou autre nom que l'on peut donner à ce « non matériel » savoir. Par le climat anxiogène entretenu, les médias sapent les capacité de réflexion et d'écoute des petites voix intérieures et préparent les esprit à obéir à celui qui se présente comme un sauveur. Or, le seul sauveur de votre vie c'est vous. C'est vous qui au final prenez toutes les décisions quelle que soit les demandes et pressions, les sollicitations et excitations...

C'est vous qui choisissez d'élire un bienveillant ou un malveillant... Un réel bienveillant... Pour cela, vous avez besoin d'être connecté à vous, de vous libérer de vos peurs et de vos fausses croyances générées par votre ego. Ce processus est le même pour tout le monde, et pourtant chacun aura un parcours différent, car chaque être est unique. Vous êtes unique. C'est là la seule réelle égalité entre les êtres humains... Le reste vous appartient. Il vous appartient de le mettre en lumière. Il vous appartient de changer pour changer le monde.
© Mathias GAIFFE
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/lamaisondubienetre

Mots clés : changer, biens, êtres, éveils, mondes

découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
Partager sur Facebook Partager sur Twitter S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo
Autres articles de cette rubrique | voir tous




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Einstein