www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

LA MAISON DU BIEN-ÊTRE
Mathias GAIFFE EI
Coach de vie et bien-êtrecoaching
La maison du bien-être
Mathias GAIFFE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / AMOUR ET BIENVEILLANCE

EGO

article de Mathias GAIFFE, publié le 2 octobre 2022
4 minutes 34 2


L'ego est un petit chenapan qui est persuadé d'avoir raison et de savoir tout sur tout. Cette définition exprime de façon synthétique ce qu'est et comment vit un ego.
L'ego prends des décisions depuis l'enfance, même depuis l'enfance intra-utérine. Il relève ce qui lui semble être des dysfonctionnements et apportent ses solutions qui sont les seules bonnes selon lui ad vitam æternam. C'est ce côté éternel qui est embêtant, voire très embêtant. A toute situation nouvelle ressemblant de près ou de loin à celle pour laquelle il a pris des mesures, il va suggérer de prendre les mêmes mesures sans se soucier d'étudier la nouvelle situation.
Il vous appartient donc de faire la part des choses entre votre ego et votre vie.

Par exemple, une jeune femme abusée moralement et intellectuellement par son père, figure de l'homme aimant ou amoureux, va se trouver en opposition à l'homme face à toute nouvelle relation aimante parce que l'ego va lui murmurer quelque chose du style : rappelle-toi ce qu'as fait le premier homme qui t'a aimé, celui-là t'aime ou dit t'aimer, fait attention que cela ne recommence.
Si le père, pour des raisons qui lui appartiennent, a capté l'amour de sa fille pour en faire une poupée à son service, ce qui peut prendre bien des formes selon chaque cas, l'enfant devenue femme va éviter d'être à l'écoute de l'homme. Parce qu'en filigrane au fond d'elle l'écho egotique murmure et répète « si tu l'écoute, et si tu acceptes de partager ses envies et projets, tu vas te faire avoir encore une fois ». Les solutions sont également multiple entre la colère, écouter d'une oreille puis oublier, écouter et approuver pour finalement ne pas agir par la suite...

Donc, toute personne dans cette situation va vouloir que ses envies et projets se réalisent tout en omettant de participer, d'une manière ou d'une autre (ce n'est pas le moment, je suis fatigué, j'ai oublié, etc...) à ceux de l'autre. C'est une des versions du problème d'altérité que pose l'ego. Car l'ego pose nécessairement un problème d'altérité, chaque fois spécifique selon ce qui a été vécu et ce qu'il en a tiré comme conclusions « savantes » selon lui. L'ego est tyrannique, maître des colères et de toutes les fausses croyances que vous avez pu emmagasiner depuis les premiers jours. Les colères surviennent quand quelque chose d'actuel les réveille ou les appelle. L'ego a défini une solution unique une bonne fois pour toute. Si cette solution pourrait sembler adaptée pour la situation génératrice, sa reproduction systématique ignore les réalités nouvelles, d'où le problème d'altérité.

Dans notre exemple, le père aimant et manipulateur aurait justifié révolte et refus de la part de l’enfant. Cette révolte et ce refus, l'ego va les suggérer face à tout nouvel homme prenant la figure d'amour sans se soucier de savoir si l'homme est manipulateur ou pas, puisque pour l'ego tout homme aimant est manipulateur à son seul profit. Une situation, une analyse, une solution ad vitam æternam...

C'est ici qu'entre en jeu l'amour de soi et le lâcher prise pour vivre pleinement et réellement sa vie. L'ego veut que vous aimiez son seul point de vue, nécessairement juste et bon. Mais comme nous le savons, l'enfer est pavé de bonnes intentions. Il prétend avoir toujours. Il va d'ailleurs très souvent raisonner et faire raisonner avec ces mots comme « tu veux avoir raison », « tu crois tout savoir », etc... qui ne sont que la projection de ses propres comportements.

Cela semble simple, et ça l'est. La mise en œuvre demande une envie pleine et profonde de changement, d’accepter de prendre le temps nécessaire et de savoir surveiller les interventions de l'ego car celui-ci refuse de perdre le contrôle, il va refuser que vous appreniez à lâcher prise, notamment sur les fausses croyances auxquelles vous tenez grâce à lui.

L'accompagnement est préférable, l'ego étant suffisamment habile pour vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Accompagnement jusqu'à l'autonomie émotionnelle s'il est possible de le dire ainsi. Car les blocages émotionnels viennent de cette petite abstraction intellectuelle que nous nommons ego. Il a dressé un barrage sur le cours de vos émotions, de toutes ou de seulement certaines, comme nous le faisons sur une rivière. Et votre vie manque d'amour et de fluidité comme une partie de vos énergies et émotions, de vos sentiments, restent stockés quand ils devraient vous animer.

Le bien être consiste donc ici à entretenir une bonne relation avec son ego, en le remettant gentiment à sa place et en vous offrant toute la place que vous méritez. Si vous le bousculez, il revient encore plus en colère et vous le fera payer d'une manière ou d'une autre, à sa façon d'abstraction intellectuelle...

Amour et bienveillance.
© Mathias GAIFFE
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/lamaisondubienetre

Mots clés : egos, égos, amours, bienveillances, guérisons, blessures

découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
Partager sur Facebook Partager sur Twitter S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir. » Bernard Werber