En poursuivant votre navigation sur Théranéo, vous acceptez l’utilisation de cookies. en savoir plus   OK
plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes, praticiens et coachs
thérapies alternatives/complémentaires - médecines douces - mieux-être - développement personnel - éveil

L'arbre avec un coeur d'enfant
pour devenir un adulte épanoui
Panbouda voyageait sur son chemin de vie, le sourire béat, la joie guidait ses pas. Dans son sac à dos, il avait de la nourriture, une bouteille d'eau et une couverture en poils de lama pour dormir le soir au chaud. Dans sa tête, il avait en mémoire mille souvenirs de sa quête. Chaque nouvelle aventure remplissait son coeur de bonheur et sagesse pure.
Il était petit, mais au bout du voyage, il savait qu’il serait un grand sage.

Tout le village s’était réunit pour la cérémonie, ils formaient un grand cercle d’arbitrage autour de trois enfants au fier visage. Les trois avaient le corps peint et tenaient des pierres sacrées dans leurs mains. Ils allaient chanter, danser et passer des épreuves jusqu’au lendemain, ils devaient prouver qu’ils méritaient d’être traités comme des hommes. C’était le rituel d’initiation où les garçons abandonnent le monde des enfants pour devenir des grands.
Panbouda était très impressionné, il dit au vieux sage qui l’accompagnait :
- un jour, moi aussi je cesserai d’être cet enfant, et je deviendrai un homme.
Le vieux sage lui sourit :
- tu n’as pas compris le sens de cette étape dans ta vie, viens avec moi, je vais te donner le secret pour devenir un homme épanoui.

Panbouda suivit le vieux sage jusqu’à un champ où poussait un arbre au feuillage imposant, ses branchages tissaient un nuage géant de feuilles bercées par le vent.
Le vieux sage fouilla dans sa musette et sortit un couteau :
- vois-tu cette branche, monte sur mes épaules et mets-la à nue en grattant l’écorce.
Ce que Panbouda fit et redescendit.
Le vieux sage fouilla dans sa musette et sortit une tige en fer :
- vois-tu cette autre branche, monte sur mes épaules et creuse-la à l’intérieur.
Ce que Panbouda fit et redescendit.
Le vieux sage :
- jeune apprenti de la vie, ta leçon a commencé aujourd’hui, elle finira dans trois jours ici.

Trois jours plus tard, Panbouda très curieux et impatient, rejoint le vieux sage au pied de l’arbre géant.
Le vieux sage :
- vois-tu cette branche que tu as dénudé, monte sur mes épaules et regarde-la de plus près.
Panbouda le fit et redescendit.
Le vieux sage :
- alors qu’as-tu vu ?
Panbouda :
- j’ai vu que l’écorce enlevée a commencé à repousser. Petit à petit, l’arbre se guérit.
Le vieux sage :
- bien. Vois-tu cette branche que tu as creusé, monte sur mes épaules et regarde-la de plus près.
Panbouda se percha sur les épaules quand soudain le vieux sage vacilla exprès sur ses genoux. Panbouda déséquilibré se rattrapa à la branche mais elle cassa nette d’un coup, et il tomba sur les fesses.
Le vieux sage accroupi riait avec joie de sa plaisanterie.

Le vieux sage prit son couteau et coupa une jeune branche un peu plus haut :
- regarde l’intérieur de cette branche avec ses couches en cercles. Un homme se construit comme un arbre, couche par couche. La première couche de départ est l’enfant.
Il lui montra du doigt la branche dénudée :
- la couche supérieure est forte grâce aux couches inférieures. Si la couche supérieure vient à souffrir, elle peut puiser dans les couches inférieures pour guérir.
Il ramassa la branche creuse cassée :
- par contre, si tu tues l’enfant que tu étais, tu deviens creux, tu crées un vide en toi, tu te fragilises. Et comme cette branche creusée, un jour tu finis par casser.
Le vieux sage sourit :
- cette première couche au centre, c’est ton coeur d’enfant, tu te construis autour. On ne se construit pas en s’appuyant sur du vide, donc pour devenir un homme solide, il ne faut pas tuer l’enfant, il faut grandir en le gardant au coeur de soi. L’enfant est celui qui détient ton rêve, il est ton repère, tes racines et ta sève. N’oublie jamais cet enfant, et tu auras toujours ce compagnon-repère pour guider tes pas sur ton chemin de vie.

Le vieux sage pointa le tronc :
- pose tes mains sur l’écorce et pousse de toutes tes forces.
Ce que Panbouda fit, et le vieux sage lui dit :
- tu sens, il est solide.
Le vieux sage planta dans le sol la branche qu’il avait en main :
- pousse-la, juste avec ton petit doigt.
Ce que Panbouda fit et la branche tomba.
Le vieux sage :
- tu as vu que l’arbre creux craque sous la pression, maintenant tu vois que l’arbre qui oublie ses racines tombe à la première tempête. Pour être un homme, n’oublie jamais que tu as été un garçon. Si ta tête oublie cette leçon, tes fesses s’en souviendront.
Le vieux sage riait.


C’est ainsi que Panbouda comprit qu’il ne faudrait jamais oublier l’enfant qu’il était aujourd’hui, car cet enfant serait la source de force de l’homme qu’il deviendrait un jour.
Il se frotta fort les fesses et remercia le vieux sage qui riait encore.
Et Panbouda reprit son voyage sur son chemin de vie, avec un peu plus de bonheur et de sagesse dans le coeur. Il souriait, il était petit, mais il savait qu’au bout du voyage, il serait un grand sage.


 
© Pit Nokoma, Les contes d'éveil de Panbouda, © photo droits réservés
reproduction intégrale interdite, extrait autorisé avec mention du site www.theraneo.com/nokoma

Si vous appréciez Panbouda :
• partagez ce conte avec les boutons FB et Twitter
• partagez les citations en bas de page
• faîtes connaître Panbouda à vos amis
• abonnez-vous à mon Facebook ou à mon Twitter

commenter partager partager
indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
indiquez votre photo
 

cliquez pour choisir votre photo
si vous n'en indiquez pas, une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit


LIVRE BIENTÔT DISPONIBLE
livre papier + livre numérique

Inscrivez-vous pour être informé de la sortie du livre.
Les emails ne sont communiqués à personne.
MERCI à ceux qui s'inscrivent pour me motiver à écrire. ;-)
630 inscrits !

Pour partager
extraits à partager par mail, sur un site ou sur les réseaux sociaux. Pour récupérer l'image, faîtes clic-droit sur l'image, puis "enregistrer sous".
Rappel : les extraits peuvent être diffusés, mais la diffusion intégrale du conte est interdite.





À retenir
Je n’occulte pas l’enfant que j’ai été. Je me construis avec lui, il m’accompagnera toute vie. Je le garde au coeur de moi car sa présence nourrit et guide l’adulte que je suis aujourd’hui. Sa joie innocente me permet de rester dans l’émerveillement de la vie, pour être un adulte heureux. Son rêve me rappelle la belle personne que je voulais devenir, et me guide pour faire les bons choix sur mon chemin de vie.


En bref
Je n'oublie pas l'enfant que j'ai été, car mon âme d'enfant est ma source de joie.


5 questions pour avancer
Des questions pour faire naître d'autres questions en vous.
Pour mieux vous découvrir et mieux vous connaître.

1. ressentez-vous l’enfant que vous avez été en vous ? Est-il toujours là ? Sinon, pourquoi l’avez-vous oublié ?
2. s'il est toujours là, que vous apporte-t-il ? S'il n'est plus là, qu'est-ce qu'il vous appportait qui vous manque maintenant ? 3. le défaut des adultes est d’être blasé de tout. Vous arrive t-il de faire appel à votre enfant intérieur pour rester émerveillé par certaines petites choses de la vie ? Si oui, que ressentez-vous dans ces moments là ?
4. si l’enfant que vous avez été apparaissait devant vous, pensez-vous qu’il serait fier de ce que vous êtes devenu ou qu’il serait déçu, ou se sentirait-il trahi ?
5. quel était votre rêve d’enfant ? y pensez-vous parfois ? l’avez-vous réalisé ? Si vous l’avez oublié, l’avez-vous remplacé par un autre, ou bien n’avez-vous plus de rêve ?


Petit exercice à faire dans la vie
Installez-vous confortablement dans votre canapé, face à un autre canapé vide. Fermez les yeux et repensez à vous enfant. Rappelez-vous ces souvenirs joyeux où vous vous amusiez, où vous étiez dans votre monde d'enfant. Visualisez votre visage d'enfant souriant, visualisez-vous en train de vous amuser, de rire, plein d'espoir et de vie. Imprégnez-vous de cette atmosphère nostalgique.
Ouvrez doucement les yeux, et imaginez que l'enfant que vous étiez est assis dans le canapé face à vous. Il vous regarde, souriant. Qu'avez-vous envie ou besoin de lui dire ?
Voir les autres contes de Panbouda