En poursuivant votre navigation sur Théranéo, vous acceptez l’utilisation de cookies. en savoir plus   OK
plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes, praticiens et coachs
thérapies alternatives/complémentaires - médecines douces - mieux-être - développement personnel - éveil
Livres : sélection Théranéo
sélection de livres à découvrir
RETOUR AUX LIVRES


MALADE ET HEUREUX ?
Lucie MANDEVILLE
éditions L'Homme



On a souvent vu des gens se découvrir des forces insoupçonnées devant la maladie. Pour certaines personnes, celle-ci a même servi de révélateur, de tremplin vers une vie plus authentique. D'autres ont compris à quel point une attitude positive pouvait produire des effets remarquables sur leur état physique et psychologique. Qui sont tous ces gens aux parcours extraordinaires et qu'ont-ils à nous apprendre?? En s'appuyant sur leurs histoires et sur des données scientifiques récentes, Lucie Mandeville met en lumière huit attitudes qui favorisent un retour à la santé et qui nous permettent de reprendre notre vie en mains. Faites connaissance avec les optimistes, les rusés, les bons vivants, les paisibles, les increvables, les fervents, les sociables et les courageux. Ils font la preuve que, même si la médecine peut nous aider à lutter contre la maladie, nous avons un rôle de premier plan à jouer quand il s'agit de retrouver l'équilibre et de nous offrir une vie meilleure.




REMERCIER
67

ACHETER SUR
AMAZON


COPIER SUR
MA ZENOPAGE
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE


EXTRAIT DU LIVRE



SOMMAIRE



INTRODUCTION : Là où a débuté ma quête
Ce que j’ai découvert
L’histoire de mon père

PREMIÈRE PARTIE
Le défi d’être malade

CHAPITRE 1 : Les « nuls »
Les médecins sont humains
Les paroles de réconfort
Qui connaît mieux son corps ?
Sous la peau, sous le capot
Les mots nous rendent malades !
Dire ou ne pas dire ?
Parfois, on préfère ne pas savoir !
Le trésor entre nos mains
Petit exercice « antinuls »

CHAPITRE 2 : Les froussards
Mourir sur ordonnance
Nous avons le cancer, vous et moi !
La maladie, notre ennemie ?
Un signal d’alarme
Notre cerveau est un hôpital !
J’ai mal, tant mieux !
Mal d’avoir mal
Nous avons un incroyable potentiel
Petit exercice « antifrousse »

DEUXIÈME PARTIE
Huit attitudes qui peuvent transformer des vies

CHAPITRE 3 : Les optimistes
Le fabuleux destin de Norman Cousins
Le club des vivants
Refuser de se prendre pour un « malade »
« Ça ne se passera pas comme ça ! »
Se relever et se battre
La volonté de vivre
Devenez optimiste à votre tour
Pense-bête pour les optimistes

CHAPITRE 4 : Les rusés
La passion de Fernand
La fameuse courbe normale
Le déni, la bête noire
Des illusions loin de l’angoisse
Une ruse bien dosée
Ne pas se casser la tête
Prendre un répit
Votre cerveau est aux commandes
C’est dans la tête que ça se passe
La chambre à débarras
Reprendre le contrôle de son cerveau
Qui décide de nos pensées ?
La santé, c’est aussi dans la tête !
Devenez rusé à votre tour
Pense-bête pour les rusés

CHAPITRE 5 : Les bons vivants
L’humour est nocif pour les maladies !
Une cure de rire
Une dose de rire par jour éloigne le docteur pour toujours !
Docteurs au nez rouge
Ne prenez pas trop au sérieux les choses qui ne le méritent pas
Avec un peu d’imagination…
L’humour est une drogue saine
Devenez un bon vivant à votre tour
Pense-bête pour les bons vivants

CHAPITRE 6 : Les paisibles
La rechute de David Servan-Schreiber
Le lâcher-prise
Se libérer de ce qu’on aime trop
Relâcher les nœuds émotifs
L’art d’être tranquille
Le repos du guerrier
Le roupillon allonge la durée de vie
Le temps, le temps…
Ralentir le tic-tac
L’éloge du farniente
Le Tibet dans notre lit
Rentrer dans sa coquille
Un refuge dans la nature
Prendre soin de soi
Devenez paisible à votre tour
Pense-bête pour les paisibles

CHAPITRE 7 : Les increvables
Jean dit… « stop » !
Des héros devant la maladie
Un défi à notre mesure
Un, deux, trois… go !
Marcher au lieu de prendre un café
Assez, mais pas trop !
Du sport, avec le plaisir en tête
À bas la déprime et l’anxiété !
L’exercice rend brillant
Plus jeune grâce à l’activité physique
Devenez increvable à votre tour
Pense-bête pour les increvables

CHAPITRE 8 : Les fervents
La leçon d’Eugene O’Kelly
La vie nous fait un « cadeau »
Maître à bord de sa vie
Revivre après une tragédie
Le futur n’existe pas
Vivre une semaine dans un jour
Les choses simples
Garder l’espoir jusqu’au bout
La lumière au bout du tunnel
Vivre tant qu’on est vivant
Remuer ciel et terre pour réaliser ses rêves
Une seule vie à vivre
Devenez fervent à votre tour
Pense-bête pour les fervents

CHAPITRE 9 : Les sociables
Les gens « comme nous »
Aimer et se sentir aimé
Si nous tombons malades, qui prendra soin de nous ?
L’enfer, c’est de n’avoir personne !
Des moments parfaits
Je suis là avec toi
Devenez sociable à votre tour
Pense-bête pour les sociables

CHAPITRE 10 : Les courageux
Les regrets des mourants
S’éloigner de ce qui nous rend malades pour se rapprocher de soi
Oublier l’ego un instant
Ne jouez pas au héros, soyez-en un !
N’attendez pas un jour de plus
Devenez courageux à votre tour
Pense-bête pour les courageux

CONCLUSION : Notre deuxième vie commence… dès maintenant !




Introduction
Là où a débuté ma quête

Je suis psychologue et auteur, et j’ai passé les dernières années à parler principalement de ce qui peut nous apporter un bonheur extraordinaire et nous inciter à voir le bon côté des choses. Mais je ne suis pas que ça, une spécialiste qui cause de bonheur, et je ne vis pas au septième ciel en permanence.

L’idée du présent livre est née d’un des moments de mon existence où le bonheur m’a échappé. Il est le fruit d’une quête que j’ai amorcée à la suite d’une expérience souffrante au cours de laquelle j’ai vu mon père gravement malade dépérir, puis mourir. Et j’en reste profondément bouleversée.
Ma quête a donc commencé au chevet de mon père, mais elle s’est poursuivie au fil des années qui ont suivi sa mort. J’ai pris connaissance d’histoires de gens, hommes ou femmes, jeunes ou moins jeunes, fortunés ou non, qui donnaient un sens à leur maladie. Ceux-ci profitaient en quelque sorte de leur expérience pour transformer leur quotidien. Dès lors, et de manière surprenante, ils s’en portaient mieux. J’ai acquis la conviction que leur façon de réagir devant la maladie peut nous éclairer.

Maintenant, je vais dire une chose inouïe : d’un point de vue psychologique, les malades sont chanceux ! Bien sûr, ce n’est pas ce qu’ils pensent lorsque la maladie frappe à leur porte et qu’elle se fait très insistante. Ceux qui sont gravement malades ont raison de se plaindre et de trouver cela injuste. Pourtant, certains d’entre eux finissent par réaliser que la maladie leur donne un avantage par rapport aux «bien-portants», car elle leur permet de voir la vie telle qu’elle est ! Ils ne vivent plus dans l’illusion de leur pérennité, la mort leur pend au bout du nez ! Cela leur apporte une perspective différente qui les pousse en quelque sorte à se donner une vie meilleure, même parfois malgré la maladie.

En vérité, les veinards, ce sont ceux qui ont encore plusieurs années à vivre devant eux. Mais la santé peut parfois donner l’impression de flotter au-dessus de la réalité. Nous roulons à fond de train et attendons d’être sur le point de mourir pour nous arrêter. Pourtant, les choses peuvent être différentes.

Si vous êtes confronté à une maladie grave ou à l’éventualité de la mort, la vôtre ou celle d’un proche, laissez-moi vous dire une chose. Vous n’êtes pas seul ! Nous avons tous cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, mais nous préférons parfois jouer à l’autruche, jusqu’au jour où le pire survient. Nous devenons alors conscients d’une chose que nous avons avantage à nous rappeler pendant qu’il est encore temps : nous avons une seule vie à vivre et c’est celle qui passe pendant que vous lisez ces lignes.

Nous avons une seule vie à vivre, celle qui passe à cet instant.
Les gens qui ont été sérieusement confrontés à leur finitude peuvent nous apprendre des choses incroyables qui nous serviront pendant que nous sommes bien en vie ! Ils peuvent nous apprendre à être heureux.
Les histoires de ces gens ne sont pas comme la théorie que l’on enseigne à l’université. Elles sont à l’opposé des statistiques à qui on peut faire dire à peu près n’importe quoi. Je dirais qu’elles sont vraies. Souvent, elles nous touchent, parfois elles nous transforment.

Leurs histoires sont la preuve que le rétablissement est possible. Quand une cliente atteinte d’une dépression dite «chronique» s’en sort, puis revient me voir quelques années plus tard pour me dire qu’elle va toujours bien, je sais que c’est réel ! Quand un collègue atteint d’un cancer intraitable survit malgré le verdict qu’il a reçu, je me dis qu’il ne doit pas être le seul. Quand dix, cinquante ou une centaine de personnes se rétablissent contre toute attente, il est légitime de croire que chacun de nous peut s’en sortir !

Les histoires de gens qui ont retrouvé la santé donnent de l’espoir à ceux qui, à leur tour, souffrent.
Lorsque j’entends le récit d’un homme ou d’une femme qui, d’une manière ou d’une autre, a eu une existence hors du commun, malgré l’adversité, cela me gonfle d’espoir ! Je suis en admiration devant les possibilités de l’humain et le courage dont il fait preuve. J’ai le même sentiment quand j’assiste à des exploits de grands sportifs qui n’ont pas froid aux yeux. Côté santé, les gens qui ont surpris même les grands spécialistes nous permettent d’espérer que tout est encore imaginable.
Les gens dont je parle dans ce livre étaient très affaiblis par la maladie. Pour se soigner, ils ont privilégié des gestes naturels. Cela devrait être pareil pour nous, dans des circonstances où nous rencontrons des problèmes. Mais quand on cherche des solutions, on est souvent attiré vers des moyens sophistiqués.

Franchement, ce qui est compliqué, on s’en lasse. Ce n’est pas par manque de volonté, c’est dans notre nature ! Ni vous ni moi n’aimons nous triturer les méninges. Tout le monde déteste changer son alimentation et faire des pirouettes dans son emploi du temps. Tôt ou tard, on délaissera une discipline stricte à suivre tous les matins, midis ou soirs. Les trucs qui marchent sont ceux qu’on arrive à faire spontanément, sans suivre de cours, sans entraînement.

Ce livre rassemble les plus belles découvertes que j’ai faites après — et un peu grâce — à la mort de mon père. Je crois qu’il peut être utile aux personnes qui vivent une épreuve, de toute nature, si grande soit-elle. Il s’adresse aussi aux institutions qui offrent des services de santé et à ceux qui aident les gens, à titre de médecins, de soignants ou de thérapeutes.
Ce que j’ai découvert

Avez-vous fait l’expérience d’une maladie assez critique pour qu’elle vous jette par terre ? Avez-vous connu la mort d’un proche ou d’un ami ? Dans de telles circonstances, on entend soudain l’ultimatum. Alors, on prend la décision ferme de profiter pleinement de sa vie. Puis, chaque fois, c’est la même chose. Les semaines passent, les mois et les années et… on oublie. Ce livre est un outil pour ne plus oublier !


achetez le livre pour lire la suite




voir nos 12 partenaires | devenir partenaire