www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Jean-Claude THIMOLÉON JOLY
Bio-énergéticien-Géobiologue, Enseignant Reiki, Toucher Quantique et LaHoChi Phytothérapeute, Aromathérapeute, communication animale, formateur, conférencierPhytothérapie, Aromathérapie, Conférences, enseignements
Jean-Claude THIMOLÉON JOLY
ARTICLES
ARTICLES > AROMATHÉRAPIE
LES PRÉCAUTIONS D'EMPLOIS DES HUILES ESSENTIELLES
article de Jean-Claude THIMOLÉON JOLY, publié le 6 septembre 2020 8 min à lire 312 1


LES PRECAUTIONS D'EMPLOIS DES HUILES ESSENTIELLES


Dans mes précédents articles je vous ai parlées des différentes toxicités que peuvent avoir les huiles essentielles, mais il n’y a pas que cela, l’aromathérapie je le répète n’est pas une médecine douce mais une médecine à part entière avec ses contre-indications, ses effets secondaires etc…

Les huiles essentielles sont des extraits puissants (les plus puissants des extraits naturels) qu’il faut utiliser avec précaution et avec certaines restrictions spécifiques à chacune d’elles.

Plusieurs paramètres d’ordre plus général sont à prendre en compte pour une bonne utilisation des huiles essentielles en toute sécurité.

L’âge : les précautions ne sont pas les mêmes si l’on s’occupe d’un enfant, d’un nourrisson, d’une femme enceinte, d’une personne âgée ou d’une personne lambda.
La voie d’utilisation : les dangers sont différents et la toxicité de certains composants plus ou moins marquée par voie orale, percutanée ou aérienne.


LES HUILES ESSENTIELLES ET LES FEMMES ENCEINTES


Très souvent nous entendons proférer cette contre-vérité « Jamais d’huiles essentielles pour les femmes enceintes ». Cela est typique des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent et qui se couvrent par un principe de précaution extrême. Oui, l’aromathérapie peut se révéler dangereuse pendant la grossesse, mais uniquement si l’on ne connait pas son travail. Il s’agit d’une période bien particulière de la vie de nombreuses femmes.

Je suis le premier à déconseiller l’utilisation des huiles essentielles pendant les trois premiers mois et cela pour simplement ne pas risquer d’empoisonner le fœtus avec des molécules que son organisme en construction ne peut pas gérer.

Cependant, passé les trois premiers mois, les huiles essentielles peuvent devenir les meilleures alliées de la femme enceinte et si elles sont utiliser à bon escient et avec parcimonie, permettront à votre patiente de passer une grossesse des plus agréables.


Précautions générales d’utilisation des huiles essentielles pendant la grossesse


La grossesse est une période d’émotions et d’interrogations, pendant laquelle la femme doit redoubler d’attention vis-à-vis de sa santé, son moral et son bien-être. Pendant cette période le rôle du thérapeute est d’apprendre à sa patiente à prendre soin de son corps ainsi que de celui du bébé qui arrive avec les bienfaits que peuvent apporter les huiles essentielles. Cependant certaines précautions ne doivent pas être négligées.

En cas de problèmes de fièvre (grippe, angine, bronchite, rhume), en cas d’infection urinaire, de maux de tête intenses, persistante ou inhabituelles, de douleurs abdominales, de vomissements répétés, il faut impérativement envoyer votre patiente voir son médecin traitant pour éliminer toute urgence.

N’utilisez pas d’huiles essentielles pendant les trois premiers mois de la grossesse sauf avec l’accord du médecin, le principe de précaution s’impose.

N’utilisez pas d’huiles essentielles riches en cétones pendant toute la période de la grossesse par voie orale, sans avis médical ou celui d’un aromathérapeute confirmé;

Privilégiez la voie percutanée, limitée alors au traitement local et momentané, en évitant la ceinture abdominale et les zones proches du bébé.

Référez vous aux fiches techniques, que je vous donne avec chaque huile essentielle pour respecter les conseils d’utilisations spécifiques de chacune d’entre elles.

N’appliquez pas d’huiles essentielles sur la peau si la personne doit s’exposer au soleil

Ci-dessous je vous donne les huiles essentielles autorisées pendant la grossesse :

Huiles essentielles autorisées à partir du quatrième mois de grossesse


Camomille noble ou romaine, Cardamone, Citron, Eucalyptus citronné, Eucalyptus radiata, Inule odorante, Laurier noble, Lavande vraie, Lavandin super, Mandarine verte, Marjolaine à coquilles, Néroli, Petit grain Bigarade, Ravensare, Ravintsara, Saro, Tea tree, Thym à thujanol, Verveine odorante.

Nous pouvons rajouter mais avec avis médical ou d’un spécialiste

Basilic, Camomille matricaire ou allemande, Ciste ladanifère, Cyprés de Provence, Epinette noire, Gaulthérie odorante, Gaulthérie couchée, Géranium rosat, Gingembre, Lavande aspic, Lentisque pistachier, Menthe des champs, Niaouli, Romarin à verbénone, Tanaisie annuelle, Thym à feuilles de Sarriette.

Les huiles essentielles strictement interdites chez la femme enceinte pendant toute la durée de la grossesse


Que ce soit en ingestion ou par voie percutanée il convient de s’abstenir de conseiller ces huiles essentielles
Ajowan, Aneth, Angélique, Bergamote, Cade, Cajeput, Camomille sauvage, Cannelle, Carvi, Cèdre de l’Atlas, Citronnelle de Java, Girofle clous, Combava, Coriandre graines, Criste marine, Curcuma, Encens, Estragon, Eucalyptus globulus, Eucalyptus Smithii, Fenouil doux, Galbanum, Genévrier, Hélichryse de Madagascar, Hélichryse italienne, Khella, Lavande Stoechade, Lédon du Groenland, Lemongrass, Livèche, Marjolaine sylvestre, Mélisse, Menthe poivrée, Menthe verte, Muscade, Myrte verte, Myrte rouge, Myrte citronnée, Nard de l’Himalaya, Orange douce, Origan compact, Origan vert, Origan d’Espagne, Origan de Grèce, Palmarosa, Pamplemousse, Patchouli, Pin Douglas, Pin Sylvestre, Poivre noir, Pruche, Romarin camphre, Romarin cinéole, Sapin de Sibérie, Sapin baumier, Sarriette des Montagnes, Sarriette des Jardins, Sauge officinale, Sauge à feuilles de Lavande, Sauge sclarée, Térébenthine, Thym à linalol, Thym à thymol, Verge d’or, Verveine exotique, Vétiver.

Les huiles essentielles et les bébés


L’utilisation des huiles essentielles sur les bébés reste encore assez méconnue et beaucoup de mamans ne sont pas prêtes à franchir le pas, et pourtant.

Détrompons les, les vertus bienfaisantes agiront également sur votre bébé si elles sont utilisées avec précaution. Une règle de base à retenir : Pas d’huiles essentielles sur les nourrissons de moins de trois mois.

De plus, toutes les huiles essentielles ne sont pas autorisées chez le bébé comme vous devez vous en douter. Veillez bien à vérifier leur autorisation d’utilisation et la voie d’application que vous pouvez envisager pour un bébé de plus de trois mois avant toute utilisation.

Précautions générales d’utilisation des huiles essentielles avec les bébés


Les huiles essentielles, nous ne le diront jamais assez, sont des substances actives, concentrées et très puissantes.

Pour les bébés, elles sont des alliées au quotidien si elles sont utilisées avec prudence, mais également un danger potentiel si elles sont utilisées en trop grande quantité ou sans discernement. De plus, elle peuvent être allergisantes ou irritantes. Certaines précautions sont à prévoir pour utiliser les huiles essentielles sur les bébés en toute sérénité :

Par définition, les précautions prises pour les enfants le sont d’autant plus pour les bébés.

Toujours vérifier avant utilisation d’une nouvelle huile essentielle ou d’un mélange que le bébé n’est pas allergique à l’un des constituants en appliquant quelques gouttes dans le pli du coude. Puis attendez vingt-quatre heures pour repérer ou non une réaction cutanée.

Ne jamais appliquer d’huile essentielle pure directement dans les yeux, le nez ou les oreilles

Pas d’exposition au soleil dans les douze heures qui suivent l’application d’huiles essentielles dites photosensibilisantes

Bien se référer aux fiches techniques données avec chaque huile essentielle pour respecter les conseils d’utilisation qui lui sont spécifiques.

En règle générale, il n’est pas recommandé d’utiliser des huiles essentielles pures sur la peau des bébés. On préfère les diluer dans une huile végétale.

L’usage oral des huiles essentielles n’est autorisé qu’à partir de trois ans. Pour les bébés on privilégiera la voie percutanée ou la diffusion atmosphérique.


Comment utiliser les huiles essentielles avec le bébé


Elles peuvent être diffusées dans la chambre ou être diluées dans une huile végétale pour le massage ou le soin. Mais il faut rester très vigilant sur les quantités utilisées et sur la fréquence de leur emploi

Attention de bien respecter les conseils d’utilisation.
N’hésitez pas à demander l’avis d’un médecin formé et notre équipe de professionnels de l’aromathérapie est toujours à votre écoute, moi le premier.

Huiles essentielles autorisées sur un bébé à partir du 4ème mois


Camomille matricaire ou allemande, Camomille noble ou romaine, Ciste ladanifère, Eucalyptus radiata, Inule odorante, Lavande vraie, Marjolaine à coquilles, Petit grain Bigarade, Ravensare aromatique, Saro, Tea Tree, Thym à linalol, Thym à thujanol, Ylang-Ylang.

Nous pouvons rajouter sur recommandation du médecin ou d’un spécialiste

Girofle clous, Eucalyptus citronné, Fenouil doux, Hélichryse italienne (Immortelle), Lavande aspic, Mandarine verte, Myrte citronnée, Myrte verte, Origan vert, Palmarosa, Tanaisie annuelle.

Huiles essentielles strictement proscrite pour l’utilisation sur le bébé


Ajowan, Aneth, Angélique archangélique, Basilic, Bergamote, Cade, Cajeput, Camomille sauvage, Cannelle, Cardamone, Carvi, Cèdre de l’Atlas ou de l’Atlantique, Citron, Citronnelle de Java, Combava, Coriandre graines, Criste marine, Curcuma, Cyprè de Provence, Encens ou Oliban, Epinette noire, Epinette bleu, Epinette blanche, Estragon, Eucalyptus globulus, Eucalyptus Smithii, Galbanum, Gaulthérie odorante, Gaulthérie couchée, Genévrier, Géranium rosat, Gingembre, Hélichryse de Madagascar, Khella, Laurier noble, Lavande Stoechade, Lavandin super, Lavandin grosso, Lédon du Groenland, Lemongrass, Lentisque pistachier, Livèche, Marjolaine sylvestre, Mélisse, Menthe des champs, Menthe poivrée, Menthe verte, Muscade, Myrte rouge, Nard de l’Himalaya, Néroli, Orange douce, Origan compact, Origan d’Espagne, Origan de Grèce, Pamplemousse, Patchouli, Pin Douglas, Pin sylvestre, Poivre noir, Pruche, Romarin camphre, Romarin cinéole, Romarin verbénone, Sapin baumier, Sapin de Sibérie, Sarriette des montagnes, Sarriette des jardins, Sauge à feuille de Lavande, Sauge officinale, Sauge sclarée, Térébenthine, Thym à feuilles de Sarriette, Thym à thymol, Verge d’or, Verveine exotique, Verveine odorante, Vétiver.

Cet article est un extrait de la formation professionnelle d'Aromathérapeute délivrée par le Collège Francophone de Médecines Quantique et Alternatives.
© Jean-Claude THIMOLÉON JOLY
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/thimoleon
Mots clés : huiles, essentielles, précautions, aromathérapie, santé, prudence
regardez ma prestation en rapport avec cet article

FORMATION PHYTOTHÉRAPIE - AROMATHÉRAPIE PAR CORRESPONDANCE
VOIR MA PRESTATION
Envoyer cet article à un ami
VOUS



VOTRE AMI(E)



je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'infos pour mes nouveaux articles Copier cet article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Partager cet article sur FacebookPartager cet article sur Twitter Voir des articles du même thème sur Théranéo






POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« On reconnait le sportif autant par l'esprit que par l'exploit » Jean-Claude Thimoléon