www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

UN PAS VERS SOI
Christel ADLANMERINI
Professeur de yoga, Yoga-thérapeuteRetrouver de la fluidité dans son corps, détente, apprendre à respirer
Un pas vers Soi
Christel ADLANMERINI
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / LE YOGA

CONFÉRENCE À L'UTL: "LE YOGA, UNE DISCIPLINE, DIFFÉRENTS CHEMINS."

article de Christel ADLANMERINI, publié le 8 décembre 2021
14 minutes 9
Conférence à l’UTL : « le yoga, une discipline, différents chemins… »


Le Yoga, définition :

Le mot yoga est une traduction du terme sanskrit « yug » qui signifie : « union, joug ». le joug qui, dans notre représentation, réunis deux animaux maintenus ensemble, symbolise ici l’unification de l’être humain sur le plan physique, psychique et spirituel.
Ou encore, faire converger les mouvements de l’esprit, faire converger nos chemins pour être ensemble ici et maintenant.
Une autre signification, peut-être plus importante et surtout plus attirante, est celle « d’atteindre un point qui n’a pas encore été atteint ».
En gros s’il vous est impossible aujourd’hui de faire une certaine chose et que vous trouvez le moyen d’y parvenir, ce processus est ce que l’on appelle : yoga.
Le yoga est donc un mouvement qui nous fait atteindre un point que nous n’avions pas encore atteint.
Par exemple plier le corps pour toucher nos orteils ou apprendre par la lecture d’un texte ou l’écoute d’une conférence ou encore, à travers un échange, la signification du terme yoga.

En sanskrit le yoga se définit par cette phrase : « yoga citta vritti nirodha ».
Ce qui signifie « arrêt, frein de l’activité automatique du mental par un état de calme profond, de silence mental obtenu par la pratique du yoga, c’est à dire l’union corps, souffle, esprit. »

Le yoga est l’une des 6 écoles de la philosophie indienne ou systèmes de pensée que l’on nomme « Darshana », qui vient du mot sanskrit « Drish » ou « voir, regarder, point de vue », dont le but est la libération.
Le yoga a son origine dans les Védas, qui vient du mot sanskrit « Vid » ou savoir.
Il signifie « ce qui nous révèle tout ce que nous souhaitons connaître »
Bien que le yoga prenne sa source dans le Véda, sa formulation en tant que « Darshana » spécifique est due à Patanjali, un des grands sages de l’Inde.
Son traité classique : Les Yogas Sutras, fait autorité bien qu’il ait été précédé par beaucoup d’ouvrages majeurs sur le yoga.

J’ai conscience ici d’être probablement loin de l’image du yoga telle qu’elle est majoritairement véhiculée aujourd’hui.
Le monde dans lequel nous vivons, le mal être de beaucoup de personnes, la peur du lendemain, pousse vers une recherche de mieux être, de sérénité, en gros vers le retour à des choses simples qui nous permettent de retrouver notre véritable nature.
Nous cherchons de différentes façons à nous libérer de nos souffrances, à retrouver notre être intérieur.
Cette recherche passe par une meilleure connexion à notre corps de sensations, à notre souffle, témoin de la vie qui est en nous, à notre joie profonde .
De ce fait cette discipline ,vieille de plus 5000 ans, et longtemps considérée comme plus ou moins sectaire, voir suspecte , est devenue un des chemins possible pour atteindre ce but.

Nous vivons dans une société de consommation et le yoga n’y échappe pas… aujourd’hui les cours de yoga sont présents partout et parfois la transmission de cette enseignement est très loin de la source originelle, dans toute sa dimension.

Un autre aspect important du yoga concerne l’action. Le soi fait partie de notre être. Pour être en lien avec cette intériorité il est important de réduire au mieux les impuretés, le voile qui nous empêche d’y accéder.
Selon Patanjali, la pratique intense permet d’avoir « un esprit sain dans un corps sain » et de trouver le chemin vers la pleine conscience.
Le yoga signifie aussi « agir en pleine conscience avec une totale attention ».
Lorsque je vous parle il se peut qu’une partie de mon esprit pense à ce que je suis en train de dire, pendant que l’autre partie pense à autre chose…Au fur et à mesure que je m’implique davantage dans mon discours mon attention augmente et je me centre davantage dans l’action. A d’autres moments c’est l’inverse : je suis très attentive lorsque je commence mon action et peu à peu mon attention se disperse…
C’est la conséquence de la grande facilité avec laquelle l’être humain développe des habitudes et des schémas de pensée et de comportements. Nous sommes aisément conditionnés, nous donnons l’impression d’agir activement alors qu’il n’en est rien.

Le yoga cherche à créer des conditions par lesquelles nous sommes toujours présents dans chaque action, à chaque instant.

C’est par la pratique des Asanas « postures » que nous pouvons introduire ce concept dans notre pratique corporelle.

La pratique ou discipline est détaillée en trois parties : les asanas, le pranayama et l’écoute intérieure.
Je précise que les trois sont complémentaires mais peuvent aussi être pratiqués indifféremment, comme tous « les membres du yoga » détaillés dans les « yoga sutras de Patanjali » que nous verrons plus loin, et qui font partie d’un même chemin vers le soi.

• La pratique des postures n’est pas un challenge, elle est un mélange de souplesse et de fermeté. « stira/sukha », une recherche d’équilibre entre l’effort et le lâcher prise quelle que soit la posture.
L’idée est d’atteindre un sentiment de bonheur dans une forme de tranquillité consciente, d’unité apaisée. Il est important de renoncer à l’effort volonté, pas de recherche d’excellence, ce qui n’est pas facile de par notre éducation qui nous pousse à vouloir plus, à faire comme…Cette recherche d’excellence , de comparaison à l’autre est bien ancrée dans nos mémoires, y compris corporelles, et donc difficile à abandonner.
• La pratique respiratoire : contrôle du souffle.
Ce qui compte c’est de faire la différence entre la respiration : inspire/ expire/ rétention, irrégulière, influencée par le mental et ses fluctuations, et le souffle subtil qui s’allonge. ( les fluctuations du mental entraînent des modifications de notre respiration.)
Les différents exercices sur le souffle : Pranayamas, permettent une prise de conscience, une écoute de sa respiration pouvant aller jusqu’à la suspension de souffle, en rétention partielle, permettant une ouverture sur une autre dimension, plus spirituelle mais aussi une vision plus claire, plus apaisée des évènements, situations que nous traversons.

• Enfin l’écoute intérieure qui correspond en quelque sorte à la pratique du yoga dans sa globalité, c’est à dire selon les huit membres décrits par Patanjali.
L’idée serait d’orienter son regard, sa pensée vers l’écoute de son intériorité et non plus de se laisser happer ou transformer par le monde extérieur tout en restant en relation avec le monde.
Il ne s’agit pas de se couper du monde mais plutôt de pouvoir mieux maitriser ses réactions, émotions, d’être un peu comme un observateur du monde à partir de notre conscience et du coup d’être dans une grande disponibilité à l’égard de « l’autre ».
Cet état d’intériorité est celui de la méditation, Dyana, mais contrairement à une idée reçue, cette méditation peut faire partie de notre quotidien et se retrouver dans toutes nos activités.

L’exercice de la concentration, la méditation, l’état d’unité sont un chemin vers le bonheur, un état délivré de la dualité sujet/objet, un bien être au vrai sens du terme : être à sa juste place, dans un juste ressenti et une dimension sans limite.


A qui s’adresse la pratique du yoga ?

La pratique du yoga nous demande d’agir en étant attentifs à nos actes. Nous n’avons pas a accepter quelque croyance particulière…Bien que le yoga est sa source dans la pensée de l’inde , cela n’oblige pas pour autant tous les Hindous à le pratiquer et cela n’empêche pas un non Hindou de le pratiquer ! Le Yoga est donc universel puisqu’il est le moyen d’atteindre un autre état auquel on aspire. Quand nous voulons être plus heureux et que nous trouvons une façon d’y parvenir, c’est du yoga.

La manière dont nous débutons dépend de nos intérêts. La pratique d’une technique conduira graduellement aux autres.
Nous pouvons commencer par l’étude des yoga sutras ou par la pratique des asanas, qui, par l’intermédiaire des sensations corporelles, nous fera comprendre ce qu’est le yoga.
Nous pouvons aussi commencer par la respiration, ressentir le souffle en tant que mouvement interne.
Le yoga est accessible à tous, si l’on a compris sa philosophie et qu’on ne le limite pas à une pratique physique exigeant une souplesse particulière !!
L’important c’est de commencer de là ou l’on en est et d’observer se qui se produira au fil du temps.
Au départ lorsqu’on débute avec les asanas ou la respiration ou l’étude des textes on a tendance à ne s’occuper que d’une seule technique puis peu à peu on réalise que nous sommes une totalité : corps/souffle/esprit.
La pratique seule des asanas, toujours différentes, et de plus en plus compliquées nous amène à penser que la signification du yoga est juste un exercice corporel. D’autres ont une conception uniquement intellectuelle du yoga, c’est un peu comme si nous cherchions à développer uniquement un bras au détriment de l’autre..
Il est donc important de prendre conscience du fait que nous sommes des êtres humains complets et qu’il nous faut tenir compte de chacun des aspects de notre être.
Nous verrons dans les yoga sutras que l’accent est mis sous tous les aspects de l’existence humaine: notre relation à autrui, notre conduite personnelle, notre santé, notre souffle et notre capacité d’intériorité.
Il n’est pas nécessaire au départ d’avoir une conduite exemplaire ou une alimentation particulière, pas plus qu’une croyance mais plutôt de laisser la pratique nous transformer peu à peu.
Personnellement je suis pour une pratique accessible à tous, dans le respect des limites de chacun.
Ce qui compte c’est de faire le premier pas et de trouver l’enseignant qui nous convient .
Chaque professeur a reçu un enseignement qui peut être transmis de façon différente.
Chaque enseignant possède ses propres qualités, son charisme, sa voix et il est important de se sentir en confiance.
Le professeur guide mais c’est l’élève qui est sur le chemin.
De mon expérience il existe un échange silencieux entre le professeur et l’élève, chacun reçoit de l’autre.

Pourquoi faut-il pratiquer le yoga ?

Chaque personne, je pense, cherche à améliorer quelque chose en lui.
Ce désir d’amélioration peut être satisfait grâce au yoga.
En effet, par la pratique, on améliore progressivement la capacité de concentration, le degré d’autonomie, l’état de santé, son rapport aux autres.
Tout ces points peuvent nous permettre d’être mieux au quotidien, de se faire confiance pour d’éventuels projets, ou, et c’est bien d’actualité,de pouvoir gérer son anxiété de fond afin de traverser les périodes difficiles.

Un des concepts du yoga qui nous vient des yoga sutras de Patanjali, est celui d’Avidya. « une connaissance autre que la connaissance exacte »
Nous pensons avoir raison, nous agissons en conséquence et nous découvrons par la suite que nous nous sommes trompés de chemin. Ou l’inverse: nous pensons notre compréhension erronée alors qu’il n’en est rien.
En fait il est question d’un nombre incalculable d’actions, pensées, répétées mécaniquement, conditionnées qui font que nous considérons les actions d’hier comme la norme pour les actions d’aujourd’hui. Ce conditionnement s’appelle le Samskara.

Cet « Avidya » se manifeste au niveau de nos perceptions. Il agit comme un voile qui nous place dans une forme d’erreur dans un sens ou dans l’autre: je sais et je me trompe/ je crois me tromper alors qu’il n’en est rien…
Ce voile génère de la souffrance, un manque de confiance, des émotions qui se manifestent dans le corps, l’esprit.
C’est dans le chemin proposé par le yoga, la méditation, l’attention à la respiration que peu à peu le voile peu se lever et que nous pourrons trouver plus de confiance, de justesse, de clairvoyance.

Enfin sur le plan physique le yoga n’a plus a prouver ses bénéfices. En effet, la pratique, adaptée à chacun, permet une mise en route de l’ensemble du corps.
L’objectif est d’unifier le corps, le souffle et l’esprit.
La pratique des Asanas, postures, doit tenir compte de ce que l’on est. On peut avoir le dos raide mais un souffle fluide ou au contraire être souple et le souffle court ou encore avoir la souplesse et le souffle mais l’esprit ailleurs.
Deux qualités sont importantes dans les postures, elles sont décrites par les yoga sutras: stira/ sukka: tenir une posture avec aisance, confort dans la fermeté et la vigilance.

La pratique commence par des mouvements, enchainements qui permettent de mettre le corps en route et par une observation de nos sensations dans le corps du moment et de notre respiration.
Peu à peu nous allons sentir notre corps se dénouer, des espaces vont s’ouvrir, nous observerons des sensations nouvelles dans le corps.
Nous découvrirons le lien naturel, mais peut- être oublié, entre le geste et le souffle.
Chaque séance nous fera travailler dans une direction, une intention « Bhavana ».

Comment le yoga est arrivé jusqu’à nous ?

Le yoga trouve ses origines en Inde, il y a plus de 5000 ans. C’est à l’époque de Patanjali en 200 avant JC , que les premiers écrits fondateurs du yoga sont nés.
Ces écrits, en sanskrit, sont assemblés sous formes de petites sentences ou« Aphorismes » i qui portent le nom de « Yoga sutras ».
Toutes les lignées du yoga trouvent leur origine dans les yoga sutras de Patanjali.
De grands maitres y ont travaillé afin que le contenu soit accessible au plus grand nombre.

Mais au -delà des écrits de Patanjali le yoga de l’Inde puise ses fondements dans les textes sacrés des différentes philosophies telles que : le Védanta,les Upanishads ,la Bhagavad- gita,
Le Samkya ,le Hatha Yoga Pradipika, mais aussi le tantrisme et le Bouddhisme.
Le yoga est toujours considéré comme un moyen pour tout pratiquant d’être en harmonie avec : soi-même, les autres, son environnement, mais aussi l’univers tout entier.

Il existe plusieurs voies dans le yoga. On les appelle : « Yoga Margas »

• le Raja Yoga : le yoga royal de Patanjali.
• le Karma Yoga : le yoga de l’action.
• le Bakti Yoga : yoga de l’amour, ou de la dévotion.
• le Jnana Yoga : le yoga de la connaissance.
• le Kundalini Yoga : yoga de l’éveil de l’énergie enroulée.
• le Hatha Yoga : yoga du grand effort, ou yoga postural.

Toutes les voies du yoga ont pour but: l’union, l’unification.
Nous sommes en permanence dans la dualité et dans la multiplicité, la libération la plus difficile est la liberté de penser. Le maitre est celui qui vous aide à être libre, à être vous- même.

Le yoga que l’on rencontre le plus souvent de nos jours en occident est essentiellement lié aux postures, c’est le yoga du mouvement, de l’effort soutenu : « le Hatha Yoga » ( union des énergies du corps : Ha et de l’esprit :Tha (le soleil et la lune) ou des énergies yang et yin.
La pratique est devenue plus connue en Occident il y a moins de 200 ans. On le doit principalement à différents maitres indiens mais surtout à Swami Vivekananda. Ce dernier fut invité aux EU à la fin du 19ième siècle.
On peut aussi citer la lignée de Krishnamacharya et de ses enfants: Désikashar, Sri Bashyam, Iyengar, Indra Devi, Pattabhi Joy. Chacun des enfants a développé sa voie.
Les élèves d’Iyengar reçoivent ses enseignements dans la pratique du même nom, les élèves de Pattabi joy pratiquent le yoga Ashtanga dynamique et exigeant. Ou encore le yoga Sivananda, maitre du nord de l’Inde.
De nos jours de nombreux courants de yoga se créent. Par exemple le yoga chaud: Birkam yoga ou le Kundalini yoga de Yogi Bhajan ou encore le yoga de Mathieu Boldron: le Yinyasa. (une pratique qui mélange un yoga doux et un yoga dynamique).

Dans la lignée de Krishnamacharya, un de ses fils : Désikashar, a eu de nombreux élèves européens qui ont perpétué son enseignement.
Krishnamacharya a fondé les bases d’un yoga moderne, à partir du yoga traditionnel.
Désikashar a développé le yoga de son père en l’élargissant et en l’ouvrant à l’occident.
Le yoga traditionnel se présentait le plus souvent comme une succession de postures.
Les principes de base de Désikashar :
• Individualisation : « le yoga est fait pour l’individu et non pas l’individu pour le yoga ». La pratique d’adapte à chacun.
• Une progression graduelle : le Vinyasa dans le temps et au cours d’une séance. Une posture doit être préparée et complétée par une contre pose.
• Le contrôle du souffle est introduit dans les postures, dynamiques et statiques.
• Une séance se construit en fonction d’un but ou intention: le Bhavana.
• Une séance peut commencer debout le matin, allongé ou assis le soir.

Une posture peut travailler sur une énergie calmante, dynamisante, ou équilibrante .
La séance comprendra un pranayama, une détente, un enracinement, un équilibre.

Il existe des lignées dites yoga de l’énergie comme celle de Roger Clerc mais aussi le yoga de Nil Hahoutoff qui vient du nord de l’Inde, ou encore le yoga de Dürkheim inspiré du Zen Japonais, enfin le yoga de Madras qui vient de l’enseignement de Krishnamacharya.
Chacune de ces lignées donne lieu à un enseignement et une pédagogie qui peuvent être différents mais qui reste un yoga postural conjugué aux pranayamas et à des temps de relaxation voire de méditation.
A noté qu’à l’origine, le yoga était transmis , en tant que discipline, de maître à élève.
Aujourd’hui la transmission se fait au travers de cours collectifs le plus souvent mais peut aussi donner lieu à une prise en charge en cours particulier.

Les yoga Sutras :
Le yoga classique, tel qu’il a été formulé par Patanjali , traduit et commenté par la suite, est aussi le plus connu en Occident.
Patanjali a codifié l’enseignement d’une pratique traditionnelle plusieurs fois millénaire en 195 aphorismes : les Yoga Sutras.
On y trouve une description du yoga dont il détaillera les huit membres.
Ce traité de la connaissance de soi présenté sous formes de chapitres contenant des remarques parfois lapidaires mais aussi très lumineuses est l’un des textes majeurs de l’humanité. Son message, transcende les siècles et se révèle moderne et essentiel.

Les huit membres du yoga selon Patanjali :

Yama/ Nyamas/ Asana/ Pranayama/ Pratyara/Dharana/Dyana/ Samadhi

• Yamas : Les règles de vie dans la relation aux autres.
• Nyamas : Les règles de vie dans la relation à nous-même.
• Asana : la pratique posturale.
• Pranayama : la respiration , l’allongement du souffle.
• Pratyara : le retrait des sens.
• Dharana : la concentration.
• Dyana : la méditation.
• Samadhi : l’état d’unité.

On peut, entre- autre, évoquer la notion d’Avidya, l’illusion , la méprise. Une forme de confusion.
Confusion entre le sujet et l’objet, le spectateur et le spectacle.
L’identification au spectacle engendre la souffrance.
Le yoga dit « ce n’est pas tout à fait notre « être »»
Le yoga nous apprend à nous dédoubler : nous sommes à la fois le pratiquant et l’observateur de notre pratique. Notre être intérieur est le spectateur.
Le chemin du yoga est cette prise de conscience : je suis aussi observateur.
Mais aussi mieux se connaître soi-même, pouvoir dire « je » ou « je suis » .
La pratique du yoga peut nous permettre d’atteindre cet état, elle permet d’éliminer les impuretés pour arriver à se connaître soi , au-delà des apparences.
Les yoga sutras nous détaillent les différentes étapes , les limites voire les pièges qui nous empêchent d’atteindre la liberté, de prendre de la distance quand au quotidien .
Le chemin est semé d’embûches mais le yoga peut nous permettre peu à peu d’atteindre une forme de liberté , une prise de conscience , une vision plus juste de ce qui est et de ce que je suis.
A ce moment- là, la souffrance s’éloigne..


Conclusion :

Que dire de plus sinon que d’encourager toute personne en quête de bien-être , de libération des souffrances physiques, psychiques et mentales à pratiquer cette discipline ?
La pratique régulière , attentive auprès d’un enseignant bienveillant nous permet peu à peu d’avancer sur le chemin de la sérénité .
Je terminerais en disant que ce qui compte le plus n’est pas tant l’objectif que le chemin parcouru.
© Christel ADLANMERINI
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/un-pas-vers-soi

Mots clés : yoga-, philosophie-, libération-, pratique-histoire

Le Yoga: Toute une Histoire...
découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
Partager sur ou
S'abonner à ma lettre d'info Copier date sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir. » Confucius