www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Valérie BLAECKE
Sophrologue, Psychopraticienne, EFT, PNL, Consultante en Bilans de compétencessophrologie, Psychologie, coaching, bilans de compétences
Valérie BLAECKE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / ACCOMPAGNEMENT A LA PARENTALITE

FAVORISER UNE RELATION FLUIDE AVEC SES ENFANTS

article de Valérie BLAECKE, publié le 22 septembre 2022
3 minutes 1


Le concept de “soupape de sécurité”

Notre société actuelle ne favorise pas toujours une fluidité dans les relations parents/enfants, au-delà de toutes les adaptabilités en lien aux différents modèles familiaux inhérents à l’évolution de nos structures sociales.

En effet: les enfants sont de plus en plus confrontés à trop de choix, de choses, d’objets, d’activités, de sollicitations avec de moins en moins de temps. Sans oublier le fait que les parents, qu’ils soient ensembles ou séparés, semblent avoir, d’après les statistiques, de moins en moins de temps à leur consacrer devant faire de leur côté également face à ces contraintes instaurées par la société du rendement et de la productivité.

Les 4 grands piliers de l’excès étant:
trop d’affaires,
trop de choix,
trop d’informations
trop de rapidité



De cela résulte, en plus des parents, des enfants souvent stressés et anxieux, rencontrant pour certain des difficultés scolaires ou rencontrant des troubles du comportements.

Plutôt que de stigmatiser ou d’étiqueter ceux-là, et tout en sachant que le stress des parents et des enfants se communiquent et s’entretiennent mutuellement, regardons de plus près comment nous adapter à ces situations, de la manière la plus bénéfique pour tous.




Dans son livre “Parents tout simplement”, Kim John Payne préconise aux parents de rendre à leurs enfants l’espace et la liberté dont tout enfant a besoin pour cultiver son attention et épanouir sa personnalité.

Pour cela, l’auteur nous parle de temps de respiration et de récupération répartis dans la journées et nécessaires aux enfants tout comme aux parents.
Vous savez, ces moments où tout objectif de rendement ou de respect du temps est écarté, lors desquels s’échappent toute pression émotionnelle emmagasinée durant une journée?

Ces moments de soupape, permettront à l’enfant de se retrouver sereinement et en sécurité avec lui-même, ceci afin de le préparer durablement à une soirée propice au calme tout en évinçant les situations de rapport de force et en fluidifiant sa relation avec son entourage.

Il suffirait de 2 ou 3 instants de soupape de sécurité répartis dans la journée pour permettre à l’enfant de s’apaiser, de favoriser sa sécurité émotionnelle et ainsi fluidifier sa connexion à lui-même et à son entourage.


Depuis quelques années, les recherches en neurosciences nous aident à comprendre le fonctionnement de notre cerveau. Récemment, il a été découvert l'existence dans notre cerveau d'un ensemble de zones reliées entre elles en réseau, et que Christophe André nomme « réseau par défaut ». Pourquoi ce terme? Parce qu'il s'agit des zones du cerveau qui s'activent lorsque nous ne faisons rien. Ainsi, lorsque nous ne faisons rien, notre cerveau continue de travailler à sa façon.

Il semble que notre cerveau profite de nos moments de non-action pour réexaminer nos souvenirs et nos expériences, les classer, les archiver, établir des liens entre passé, présent et futur. Bref, il se livre à tout un tas d'activités automatiques précieuses, un peu comme lorsque nous prenons du temps pour ranger notre maison ou songer au cours de notre vie.

Ces moments où nous permettons à notre cerveau d'être en roue libre nous amènent à revivre intérieurement tous nos comportements, nos échanges, à évaluer leurs conséquences, à leur attribuer un sens, etc. Il est donc essentiel que notre “réseau par défaut” fonctionne de manière régulière.

Ainsi, se permettre (et permettre à nos enfants) de ne rien faire, ne pas chercher à remplir forcément un emploi du temps, ne pas favoriser une sur-stimulation ni une sur-activité, accueillir l’ennui, a toute son importance dans la possibilité de se retrouver avec soi-même, en dehors de toute contrainte ou obligation.

Favoriser une intériorité en contre-poids avec tout ce que nous produisons comme activité ou rendement matériel.

Lorsque nous savons que nos incapacités modernes à ne rien faire seraient un des facteurs de stress, nous comprenons aisément l’importance de ces moments de soupape, de dépressurisation, de calme, de contemplation pour l’enfant comme pour l’adulte.

© Valérie BLAECKE
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/valerieblaecke

Mots clés : parentalité, enfants, relation, communication, sophrologie

découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
Partager sur ou
S'abonner à ma lettre d'info Copier date sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« En tout homme résident deux êtres : l’un éveillé dans les ténèbres, l’autre assoupi dans la lumière. » Khalil Gibran