www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
Anne-Catherine ZUSSINI
Kinésiologue, Sophrologue, Réflexologie Crânio-sacrée, NiromathéKinesiologie Sophrologie Équilibration énergétique Brain gym Massage Relaxation anti-stress
articles

ETRE PARENTS
LES ADDITIFS ALIMENTAIRES DANGER ! HYPERACTIVITÉ !
publié le 15 mars 2015 - 5 min 542 76

La revue médicale britannique The Lancet, a mis en cause l'effet de certains additifs alimentaires sur le comportement hyperactif des enfants. Cet article est fondé sur un rapport de l'Université de Southampton réalisé en 2007 pour l'agence des normes alimentaires britannique (Food Standards Agency, FSA).

Cette étude menée sur 298 enfants de trois, huit et neuf ans, démontre que l'association de certains additifs favorise l'hyperactivité infantile. Cette hypothèse avait déjà été avancée par le pédiatre américain Ben Feingold il y a plus de 30 ans, notamment concernant le colorant E110, présent dans de nombreux bonbons.
Les additifs mis en cause dans cette étude favoriseraient ainsi la suractivité, l'impulsivité, l'inattention et les difficultés d'apprentissage chez certains enfants.
Pour le Docteur Laurent Chevalier (médecin spécialiste de la nutrition au CHU de Montpellier), l'influence de ces additifs serait, " en fonction des quantités absorbées, probablement plus grave qu'on ne le croit ". En particulier pour les le E211 (appelé également acide benzoïque), soupçonné de perturber les mécanismes de la dopamine et d'agir sur les neurotransmetteurs cérébraux.



les colorants impliqués

Les colorants (E100 à E181) sont presque tous suspects. Ils sont notamment présents dans grands nombres de sucreries et de sodas.
L'étude de l'Université de Southampton dénonce notamment l'association des colorants E110, E122, E102, E124, E104, E129 et du conservateur E211.

E102 : colorant jaune. Risques d'allergies croisées avec l'aspirine. Potentiellement cancérogène. Autorisé pour de nombreux aliments, sucreries et pelliculage de médicaments. Additif interdit en Autriche, Finlande et Norvège.

E104 : colorant jaune. Allergisant et potentiellement cancérogène (provoque notamment des cancers du rein et du foie chez les rats). Interdit aux USA et en Australie. Autorisé pour les pâtisseries et sucreries.

E110 : colorant jaune. Allergisant et potentiellement cancérogène. Autorisé pour les confiseries, crèmes glacées, bonbons, pâtisseries, boissons sans alcool, liqueurs,...

E122 : colorant rouge. Allergisant et potentiellement cancérogène. Autorisé pour les flans, boissons, sucreries.

E124 : colorant rouge très dangereux. Potentiellement cancérogène. Autorisé pour les sucreries, boissons, certains ketchup et cerises confites.

E129 : colorant rouge. Potentiellement cancéràgène. Autorisé pour de nombreux aliments.

E211 : conservateur. Allergisant soupçonné d'avoir des effets nocifs sur le foie, l'ADN, le cerveau. Autorisé pour de nombreux aliments, principalement les confitures allégées et boissons aromatisées non alcoolisées.


Les risques

Chacun de ces colorants peut provoquer asthme, urticaire, eczéma, rhinites, troubles de la vue, insomnies, vomissements, maux d'estomac, accidents allergiques, troubles neurologiques.
Selon une étude du Professeur Vyvyan Howard, toxico-pathologiste, et son équipe de l'Université d'anatomie et de biologie cellulaire de Liverpool (2005), le colorant E104,
associé à de l'aspartame, pourrait affecter les cellules nerveuses 7 fois plus qu'utilisé seul ! L'étude faite in vitro sur le cerveau d'animaux en laboratoire a mis en évidence qu'une fois mélangés, ces additifs là peuvent empêcher la multiplication des cellules nerveuses compromettant ainsi une croissance normale du cerveau.

Réactions des scientifiques

L'EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) a évalué l'étude de Southamptom sur les additifs alimentaires et le comportement des enfants et a conclu que cette étude n'apportait que des preuves limitées d'un léger effet sur l'activité et l'attention de certains enfants et que la DJA (dose journalière admissible) des colorants cités ne serait donc pas revue à la baisse.
L'EFSA a précisé son incapacité à identifier quels additifs seraient responsables des effets observés chez les enfants compte tenu que des associations ont été testées et non des additifs pris individuellement (EFSA - Avis scientifiques du 7 mars 2008).
" Même si les résultats de l'étude peuvent être pertinents pour certains individus présentant une sensibilité aux additifs alimentaires en général ou aux colorants alimentaires en particulier, il n'est pas possible, à l'heure actuelle, d'évaluer l'étendue d'une telle sensibilité sur l'ensemble de la population ". (EFSA - communiqué de presse du 14 mars 2008).
Aucune mesure n'a ainsi été prise suite à l'étude alarmante de l'Université de Southampton. Le BEUC (Bureau européen des unions de consommateurs) continu encore aujourd'hui à demander l'interdiction de ces colorants : "Il est inacceptable de laisser sur le marché des substances clairement suspectées d'augmenter l'hyperactivité chez les enfants, d'autant plus qu'elles n'ont aucune valeur ajoutée si ce n'est que de colorer la nourriture", a commenté Monique Goyens, directrice générale du BEUC. (Dépêche AFP du 10 avril 2008 : Enfants hyperactifs: six colorants alimentaires mis en accusation)
La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) montre qu'aujourd'hui, plus de 40 % des confiseries ne sont pas conformes aux normes en vigueur. Pour les deux tiers, il s'agit d'un problème d'étiquetage : soit un ou plusieurs colorants trouvés dans les bonbons ne sont pas mentionnés, soit ils sont absents du produit alors qu'ils sont notés dans sa composition... Les autres anomalies constatées sont liées "principalement à la présence de colorants à des taux non autorisés", explique la DGCCRF, avant d'ajouter que ces quantités non conformes sont en général "légèrement supérieures" aux taux autorisés (Le Point, le 17/04/2009).

Si les parents prêtent attention aux problèmes liés aux additifs, ils doivent se rappeler que légalement, tous les additifs alimentaires doivent être listés sur les étiquettes afin qu'ils puissent faire le choix d'éviter certains produits s'ils le veulent " précise le Docteur Andrew Wadge, chef scientifique au FSA (food safety authority, agence de sécurité alimentaire)
Ces colorants font aujourd'hui l'objet d'études de l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) dans le cadre de la réévaluation de la sécurité de tous les colorants alimentaires. Sur la base des recommandations scientifiques de l'EFSA, la Commission européenne et les autorités nationales des États membres décideront s'il convient de prendre des mesures afin de protéger la santé des consommateurs.
Les enfants sont les premières victimes de produits de grande consommation très marketés. Les industriels ont tout fait pour assimiler les sucreries à un moment de joie, de plaisir et même de récompense. Et les enfants (les adultes aussi) en sont venus à apprécier la dégustation de bonbons et sucreries étudiés pour être attrayants par le goût, la couleur et la texture mais qui accumulent des ingrédients chimiques potentiellement dangereux. Idem pour les sodas. " Les substances colorantes seraient responsables de plus de la moitié des allergies ou intolérances alimentaires " selon Laurence Wittner (Savez-vous vraiment ce que vous mangez ? Le vrai mode d'emploi des étiquettes alimentaires, Leduc. Editions).

mots clés : additifs, alimentaires, danger

REMERCIER   76
RESTEZ INFORMÉ DES NOUVEAUX ARTICLES grâce à ma lettre d'infos
ENVOYER L'ARTICLE À UN AMI pour lui faire plaisir

les emails indiqués ne sont pas réutilisés à des fin commerciales

VOUS



VOTRE AMI



COMMENTAIRE POUR VOTRE AMI facultatif


je ne suis pas un robot

PARTAGER     partager partager
COPIER L'ARTICLE SUR MA ZENOPAGE
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE
POSTER COMMENTAIRE


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



  




Démarcharge commercial interdit

Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble. Lao Tseu