www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
L'ÉVEIL DES SENS
Sandra ALVAREZ
Naturopathie au féminin - Relaxation - Massages - Soins Access Bars - Gestion du poids et du stressnaturopathe, sophrologie, régime, anxiété, stress, access bars
articles

NATUROPATHIE
LES HORMONES QUI VOUS EMPÊCHENT DE MINCIR
publié le 6 juillet 2018 - lecture 5 min 441 1

Les hormones sont-elles responsables de votre résistance à la perte de poids ?
Vous avez tout essayé pour perdre du poids mais rien ne marche ! Et si c’était vos hormones ?
99% des résistances à la perte de poids sont dues à un problème hormonal, nous explique Sara Gottfried, spécialiste des hormones, gynécologue américaine et auteure de best seller.

Il existe donc de nombreuses hormones qui régulent le fonctionnement de notre organisme selon un mode d’action complexe et subtile. Vous comprendrez alors qu’un simple dérèglement puisse provoquer des désordres fonctionnels et la prise de poids. Voyons comment.

1- Une des premières hormones qu’il faut évoquer, c’est l’INSULINE.
L’insuline est l’hormone du sucre qui participe à la régulation de la glycémie (taux de sucre dans le sang). Elle est très sollicitée à chaque fois que vous consommez du sucre ! Lorsqu’il y a surconsommation de produits sucrés (aliments et boissons type soda) il y a surproduction d’insuline. Cette surconsommation va finir par entrainer un dérèglement de la production d’insuline ainsi qu’un épuisement du pancréas qui la fabrique. Ceci sera à l’origine du diabète de type 2 et de la prise de poids.

Votre consommation de sucre influence la sécrétion d’insuline.

Alors comment agir ?

- Il devient important de contrôler votre consommation de sucre, n’en rajoutez pas…Et commencez par diminuer progressivement les sucres dans votre alimentation sans sucrer vos boissons (café, thé…)

- Chouchoutez vos intestins
Aujourd’hui, toute la communauté scientifique s’accorde à dire que l’intestin est notre deuxième cerveau et qu’il est incontournable du lien corps-esprit. N’avez-vous jamais constaté que vous êtes plus irritable, fatigué et moins concentré lorsque vous consommez beaucoup de sucre ? Il est fort probable que oui. A tors le sucre est souvent utilisé pour donner de l’énergie mais c’est un leurre car plus vous mangez sucré et plus vous avez besoin de sucre…Vous devenez accro car le sucre est huit fois plus addictif que la cocaïne !

Pour favoriser l’équilibre corps-esprit, votre flore intestinale doit être équilibrée et donc être constituée de bonnes bactéries. Ces bonnes bactéries participent à la digestion des aliments, fabriquent des vitamines indispensables mais aussi des hormones telle que la SÉROTONINE, l’hormone de l’humeur. Saviez-vous que 80% de cette hormone est fabriquée par votre flore intestinale ! ?

La prise de probiotiques vous aidera à rééquilibrer votre flore intestinale. Lorsque la flore est équilibrée, la glycémie est régulée et cela favorise la perte de poids.

2 - La deuxième hormone en cause dans la prise de poids, c’est le CORTISOL.

Le cortisol est une hormone qui donne de l’énergie, elle est sécrétée en abondance le matin, mais c’est aussi l’hormone du stress.

Lorsque nous sommes stressé, le cortisol provoque un cocktail d’effets sur notre corps qui finissent par devenir délétères pour notre santé.

A l’origine, le cortisol nous donne un “coup de fouet” afin de réagir efficacement face à une situation stressante. Le problème, c’est que ce mécanisme d’adaptation est trop souvent sollicité par notre rythme de vie. Cela entraine un taux de cortisol beaucoup trop élevé avec une kyrielle d’effets secondaires indésirables dont une augmentation de la glycémie, des troubles du sommeil, de l’anxiété, des troubles de la concentration, etc.) faisant le lit aux maladies de civilisation dont le surpoids. Le cortisol favorise le stockage des graisses au niveau abdominal et fait également baisser le taux de leptine, une hormone qui régule l’appétit, ce qui nous incite à manger plus.

Le cortisol favorise la rétention d’eau et le stockage des graisses.

Comment réguler son taux de cortisol au quotidien ?

- Apprenez tout simplement à mieux gérer votre stress. De nombreuses techniques de gestion du stress existent : la relaxation, la méditation, la sophrologie, l'EFT, la cohérence cardiaque, etc.

Le massage, l'auto-massage et l'acupression sont aussi de bon moyen pour lâcher-prise. Pratiqués avec des huiles essentielles adaptées, le massage invite à la détente, améliore le drainage lymphatique et rééquilibre les méridiens . Alors faites-vous masser et faites vous enseigner l’auto-massage et les points d'acupression. Le merveilleux pouvoir des huiles essentielles n’est plus à démontré et font bien souvent partie de la boite à outils des naturopathes.

- Les compléments alimentaires sont aussi d’un grand secours :

Le magnésium (400mg/jour) vous aidera à la gestion du stress et de vos émotions, des plantes calmantes et apaisantes seront les bienvenues le soir afin de vous préparer au sommeil, telles que la valériane, la passiflore ou encore l’escholtzia, plus connu sous le terme de pavot de Californie.

3- Les hormones féminines : les oestrogènes et la progestérone contribuent fortement à votre équilibre hormonal.

Les oestrogènes sont des hormones sexuelles féminines combinées à la progestérone dans un équilibre subtile et très fragile. Lorsque cet équilibre est perturbé, que ce soit en période des règles ou en cas de prise de contraceptifs oraux (pilule) cela se répercute sur votre métabolisme et votre corps (gain de poids, rétention d’eau, irritabilité, déprime, etc.)

Ce déséquilibre, qui peut être dû soit à un excès d’oestrogène (pilule) soit une carence à la ménopause, aura malheureusement une incidence sur votre silhouette.

Le déséquilibre hormonal, excès ou carence d’oestrogènes ont tous deux des répercussions physiques.

Comment reconnaitre ce déséquilibre ?

En cas d’excès d’oestrogènes (pilule), l’effet produit sera la rétention d’eau, la cellulite et le stockage des graisses à l’intérieur des cuisses et au niveau des genoux.

S’il s’agit d’une baisse en oestrogènes, c’est le cas à la ménopause, le stockage des graisses se situe plutôt au niveau de l’abdomen et des bras.

Comment réguler votre taux d’oestrogènes ?

- Adressez-vous à votre gynécologue afin qu’il change votre pilule ou vous prescrive un traitement hormonal adapté.

- Pour une carence en oestrogènes, l’huile d’onagre à raison de 4 gélules/jour, vous sera d’une grande aide et atténuera les troubles de la ménopause telles que les bouffées de chaleur.

Autre petit conseil :

Les massages et auto-massages, déjà cités précédemment, seront un atout pour votre silhouette. Ils favorisent les échanges entre les tissus, draine les toxines qui “encrassent” l’organisme et permettent de resculpter le corps.
Les hormones qui vous empêchent de MINCIR

Vous voici armé pour réguler vos petites hormones indispensables à l’équilibre de votre corps et votre esprit.
Mais cela ne vous dispense pas d’une alimentation saine, variée et équilibrée et d’activité physique, n’est-ce pas ? 🤗

Au plaisir de contribuer à votre mieux-être !

REMERCIER

merci pour votre merci
LETTRE INFOS

soyez informé des nouveaux articles
ENVOYER AMI

envoyez l'article par mail à un(e) ami(e)
VOUS



VOTRE AMI(E)



COMMENTAIRE


je ne suis pas un robot


vos emails ne sont pas transmis à des sociétés commerciales
COMMENTAIRES

postez un commentaire
indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
indiquez votre photo
 

cliquez pour choisir votre photo
si vous n'en indiquez pas, une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
ZENOPAGE

copiez cet article sur votre zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis réactualisez cette page.
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? création gratuite, infos et démo ici :
CRÉER MA ZENOPAGE
PARTAGER
partager
partager
« Les gens sont plus fatigués par ce qu’ils ont à faire que par ce qu’ils font réellement. »
D. Loreau