www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Marie Odile BRUS
Sophrologie - EFT - Décodage Biologique et Systèmiquesophrologie - EFT- Décodage - Thérapeute - stress - douleur - poids
Marie Odile BRUS
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES / EFT

MAIGRIR AVEC L'EFT ?

article de Marie Odile BRUS, publié le 19 juin 2019
4 minutes à lire 314 1



A l’approche de l’été notre regard sur notre corps (hommes et femmes désormais  !) perd la tendresse qu’il pouvait avoir durant l’hiver, quand, chaudement emmitouflé... nous avions une perception plus floue de son contour.

Et la vérité est que notre perception de notre schéma corporel peut être totalement erronée. Je vois ainsi quelques personnes autour de moi qui sont "devenues véganes" (je ne critique pas cette pratique, je parle de comment elle est en train d'être détournée par certain(e)s - consciemment ou pas d'ailleurs-) , qui ont une fonte musculaire dramatique mais soutiennent que "c'est dans mes gènes, ma mère est pareille" (faux : sa mère n'est PAS pareille") ou "je mange pourtant ÉNORMÉMENT (de feuilles de salades, pas vraiment de protéines). J'appelle cela "l'excuse végane" qui est en fait un vrai cas d'anorexie. Certaines femmes sont effectivement très minces "au naturel", question de métabolisme, mais on voit qu'elles ont du muscle ! D'autres auraient une toute autre apparence si elles ne s'affamaient pas ! Or la sensation de faim finit par disparaitre et l'impression de manger beaucoup peut venir la remplacer sans pour cela que ce soit une réalité.
C'est fort triste, car cela mets la vie en péril !

Alors prenons le temps de faire un peu le point sur cette obsession du poids qui commence dans les magazines et les esprits dès l'arrivée du printemps.

Tout d’abord rappelons une chose : dès la fin du mois d’avril le corps des femmes « déstocke » naturellement par un reste d’atavisme millénaire où le corps stockait suffisamment pour nourrir les enfants à naître au printemps.... Donc pas de panique avec les kilos d’hiver : ils tiennent chaud et repartent naturellement ! Si le temps et extrêmement changeant comme actuellement, certains organismes vont attendre un peu avant le déstockage annuel ! C'est NORMAL !

Ensuite regardons lucidement ce qu’est un « problème de poids ». Avoir la silhouette de Kate Moss après deux ou trois grossesses quand on vient d’une famile de «costauds » relève du fantasme. Se trouver « grosse » avec 65 kilos pour 1m 72 est une nette exagération, « obèse » 60 kilos pour 1m55 aussi !

Vous trouverez facilement sur Internet comment calculer votre IMG (indice de masse graisseuse) Mesdames : à 25 il y a problème, à 23-24 une surcharge pondérale, à 19-21 vous êtes parfaite, à 17 vous êtes anorexique ou en voie de l’être (ou mannequin, ce qui est kif-kif !).

Vous avez un IMG de 22 et vous vous trouvez « énorme » ? Problème de conscience corporelle. L’image que VOUS avez de votre corps ne correspond pas à la réalité objective. La sophrologie vous aidera à développer une conscience réelle de votre corps.

Vous avez une surcharge pondérale ou un vrai problème de poids et voulez savoir si l’EFT peut vous aider : la réponse est OUI !

L’EFT vous aidera rapidement à gérer votre rapport à la nourriture :

supprimer la tentation de nourriture, l’envie irrésistible du pot de Nutella, l’insondable attraction de la plaquette de chocolat

supprimer la culpabilité d’avoir succombé (avant... ou au lieu de faire de l’EFT  !) à cette tentation

Mais aussi à régler les problèmes émotionnels sous-jacents.
La nourriture est symboliquement de l’affection, c’est le rapport à la (terre)mère nourricière, à la matière. Derrière un besoin compulsif (de manger, mais aussi de prendre une substance quelconque qui « calme »), il y a un manque, un manque qui provoque une angoisse que la nourriture (ou parfois les médicaments, antidépresseurs, tabac ou alcool) vient combler.

Fort de se savoir, nous utiliserons également l’EFT pour :
gérer le « manque »
trouver les racines du manque
évacuer l’anxiété qui génère le besoin de nourriture
identifier et régler les conflits dits "biologiques" (et les possibilités sont nombreuses pour les problèmes de poids)

Au cabinet, lors d’une consultation pour problème de poids, je pose plein de question sur l’hygiène de vie, les repas, les aliments consommés...etc.

Il y a dans tous les cas un rapport au corps et au plaisir perverti derrière le problème apparent. La nourriture n’est plus source de plaisir innocent et apaisant/jouissif mais une sorte de moyen de satisfaction/punition de soi. Des aspects morbides sont souvent présents (déni de soi sur certain plan). Mais également derrière une prise de poids subite apparaît un BESOIN : protection, compensation, armure de graisse, effacement de la féminité, déni de la séduction...etc.

Nous le voyons le sujet est vaste !

Je vous propose donc dans un premier temps de réfléchir à tout cela, puis dans de prochains articles je vous donnerais des pistes concrètes à travailler avec l'EFT
© Marie Odile BRUS
reproduction intégrale interdite, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/brus-marie-odile

Mots clés : maigrir,poids,minceur,santé,obésité,kilosentrop,eft,pertepoids,manque,confiance,acceptation,mode

découvrez ma prestation en rapport avec cet article
Partager sur ou
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« “Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de ma croissance que peut être cette maladie.” » Yvan AMAR