www.Theraneo.com est une plateforme bien-être qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER
Jean-Claude THIMOLÉON JOLY
Bio-énergéticien-Géobiologue, Enseignant Reiki, Toucher Quantique et LaHoChi Phytothérapeute, Aromathérapeute, communication animale, formateur, conférencierPhytothérapie, Aromathérapie, Conférences, enseignements
Jean-Claude THIMOLÉON JOLY
ARTICLES
ARTICLES > MAGNÉTISME ET RADIESTHÉSIE MÉDICALE
RADIESTHÉSIE - LA RADIESTHÉSIE MÉDICALE
publié le 30 avril 2018 7 min à lire 1639 18


Extrait du cours de radiesthésie dans les formations Médecine Vibratoire Quantique et Magnétisme-radiesthésie

Présentation


On a beaucoup écrit sur la radiesthésie médicale et des articles récents ont montré qu'il n'y a même pas accord sur la définition des actes qui peuvent être compris dans cette subdivision de notre art.

Afin d'édifier une construction définitive et de couper court à toutes discussions oiseuses, nous commencerons par définir les objets de notre étude: quand nous aurons établi la technique de la radiesthésie médicale et démontré ses possibilités, nous exposerons notre position - qui est très nette - à l'égard de ce sujet si controversé.

Nous pouvons toutefois faire immédiatement justice d'une opinion insoutenable qui a tout de même été publiée : le radiesthésiste peut découvrir certaines vérités dans quelques domaines mais celui de la médecine lui serait interdit ! Cela est proprement absurde: on pourrait découvrir une caverne dans un sous-sol, mais non dans un poumon, une fissure d'un terrain pas celle d'un anus ?... Le médecin qui professe cette opinion nous rappelle celui qui nous refusait la possibilité de découvrir un orteil manquant sur une planche anatomique, mais qui, un mois plus tard, nous demandait de rechercher, sur plan, sa montre qu'on venait de lui voler.

Définition de la radiesthésie médicale


Nous groupons, sous la rubrique " radiesthésie médicale ", toutes les opérations radiesthésiques qui se rapportent à l'état de santé de l'être humain. Comme l'opération radiesthésique est toujours une découverte, on peut définir la radiesthésie médicale: " La découverte, avec le pendule ou la baguette, de tout ce qui intéresse la santé de l'homme ou de l’animal.

Ce domaine est très vaste. Il comprend :

1) La mesure des éléments chiffrés qui caractérisent la santé: indice de vitalité, pouls, température, tension artérielle, nombre de globules rouges, taux divers d'urée, de cholestérol, etc...

2) La découverte des organes atteints et des fonctions qui subissent un ralentissement ou une exagération (hypo ou hyperfonctionnement), la localisation des corps étrangers absorbés ou introduits par traumatismes, etc.

3) Le diagnostic, c'est-à-dire la classification du malade dans l'une des catégories d'états morbides connus.

4) La découverte du ou des remèdes dont l'application est nécessaire en vue du retour à la santé : le choix des aliments utiles et la recherche des bonnes conditions de la vie.

Le diagnostic


A la lecture de cette liste aux quatre points, il semble que les trois premiers soient peu intéressants par rapport au quatrième qui résout le problème de la santé en guérissant le malade et en lui enseignant à éviter la maladie. En effet, les détails relatifs à des organes divers n'ont pas d'intérêt si la guérison peut être obtenue sans qu'on soit obligé de les connaître.

Tout radiesthésiste doué de sens critique a fait cette remarque : il a conclu à l'inutilité du diagnostic en radiesthésie. Il s’agit pourtant là d’une erreur fondamentale car soigner sans connaître ce que l’on soigne est quelque peu aberrant. De plus l’établissement d’un diagnostic le plus précis possible nous orientera vers le choix d’une technique de traitement (élixirs minéraux, floraux, aromathérapie, phytothérapie, etc…) et de fait nous fera gagner un temps précieux.

Le diagnostic est nécessaire au médecin qui ne peut généralement connaître le remède à administrer qu'après avoir observé des signes cliniques, défini la maladie correspondante selon ses connaissances professionnelles et, enfin, choisi la thérapeutique parmi celles qui sont usuelles au moment de l'examen médical.
Il serait vraiment prétentieux pour nous radiesthésistes de prétendre nous passer de cette étape.

On connaît les caractères particuliers du diagnostic qui diffèrent d'après la classe de l'opérateur : on peut dire, sous une forme simplifiée et avec assez d'exactitude, que le diagnostic est clinique, symptomatique ou causal selon que son auteur est médecin allopathe, médecin homéopathe ou radiesthésiste médical.

Les médecins admettent que le diagnostic est une nécessité causée par l'impossibilité de trouver, d'emblée, le remède convenant au malade: il est aussi une « formalité de passage psychologiquement nécessaire car le malade désire savoir ce qu'il a ». Même si souvent nous recevons la visite de « patients » qui arrivent avec leur diagnostic médical il est à mon sens primordial de continuer les recherches ne serais ce que pour établir le causal

Diagnostic radiesthésique


Bien qu'il puisse obtenir la connaissance immédiate du remède approprié, le radiesthésiste doit savoir établir un diagnostic, ne serait-ce qu'afin d'aider le médecin.

Remarquons que le diagnostic du radiesthésiste peut être causal, mais qu'il ne l'est pas dans tous les cas, comme certains confrères paraissent le croire.

Le diagnostic causal qui détermine la cause du mal et, par conséquent, permet de l'attaquer à ses racines, est découvert par le radiesthésiste qui pose la question en conséquence. Si celui-ci se contente de « constater les dégâts », il fera le même diagnostic que le médecin traitant, lequel a abandonné depuis longtemps la recherche des causes morbides, recherche qu'il classe sous l'étiquette « étiologie ».

L'accord des divergences


Il ne faut pas s'étonner de voir médecin et radiesthésiste fournir, pour le même malade, au même instant, des diagnostics différents: cela prouve simplement que le radiesthésiste a fait son métier consciencieusement, avec le maximum d'efficacité et qu'il a découvert la cause alors que le médecin n'a pu qu'observer les effets.

C'est dans ces conditions que la science du médecin va intervenir en pleine lumière car il sait si un rapport de causalité unit les deux observations: il peut donc vérifier simultanément les conclusions de deux spécialistes opérant isolément et différemment; puis, appliquant les connaissances médicales qu'il est seul à posséder, il peut, à coup sûr, s'attaquer à la cause et neutraliser les effets.

Le radiesthésiste doit savoir effectuer le diagnostic causal qu'il est pratiquement le seul à pouvoir obtenir dans tous les cas.

On voit que les divergences entre les diagnostics du médecin et du radiesthésiste sont éminemment profitables au malade: ces divergences, loin de prouver l'erreur de l'un des juges, peuvent, au contraire, démontrer leur virtuosité.

Par voie de conséquence, cela nous fixe absolument sur la valeur radiesthésique des médecins qui disent vérifier, par la radiesthésie, leur diagnostic médical.

Compétences du radiesthésiste


Le radiesthésiste peut découvrir ce qu'il veut découvrir.

Il est donc capable, du premier coup de baguette ou de pendule, de trouver le remède convenant au malade et ensuite la dose la mieux appropriée à l'état particulier de son client.

Un grand nombre d'opérateurs ne cherchent pas autre chose, agissant, en somme, comme les animaux eux-mêmes.

Ils imitent leurs frères inférieurs dont l'instinct n'est pas faussé par les servitudes de la nature humaine qui sont :

La crédulité, les superstitions, la publicité abusive et le charlatanisme.

Il est cependant regrettable de se limiter à cette simple fonction puisque « nous pouvons découvrir ce que nous voulons découvrir »

Cependant tous les cas ne sont pas justiciables de cette technique : certains malades doivent être débarrassés chirurgicalement de quelques corps étrangers ou tissus dont l'état devient dangereux pour l'organisme tout entier. D'autre part, il est avantageux de savoir, par une mesure, vérifier la disparition progressive d'une déficience ; le radiesthésiste doit savoir prendre une température, suivre l'évolution de l'indice de vitalité, etc...

Par conséquent, la liste aux quatre points, établie au début de cette leçon, représente bien le programme d'étude du radiesthésiste médical qui veut rendre service dans toutes les limites de sa compétence.

Cette liste est visiblement établie en tenant compte des techniques habituelles du médecin, mais il se trouve qu'elle groupe, dans chacun de ses quatre points, des recherches qui, au point de vue de la radiesthésie, sont absolument comparables: nous resterons donc soumis aux exigences d'un exposé logiquement ordonné en étudiant successivement ces quatre points.

Les mesures


Rappelons que mesurer une grandeur c'est chercher le chiffre qui caractérise cette grandeur au point de vue de la quantité. Tout peut se mesurer: poids, température, dureté d'un métal, viscosité d'un liquide, etc., et même, comme nous le verrons bientôt, toutes les tendances ou facultés humaines de quelque ordre qu'elles soient.

Extrait d'un cours de plus de 200 pages.
© Jean-Claude THIMOLÉON JOLY
reproduction interdite sans mon accord, tout extrait doit citer mon site www.theraneo.com/thimoleon
radiesthésie, médecine, diagnostic, recherches, santé
18 mercis - Cet article vous plaît ? cliquez pour remercier
MERCI pour votre gratitude
Abonnez-vous à ma lettre d'info pour être informé des nouveaux articles cliquez
Envoyez cet article par mail à un(e) ami(e) cliquez






je ne suis pas un robot

Copiez cet article sur votre Zenopage cliquez
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Réseaux sociaux : partagez sur Facebook | partagez sur Twitter






POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez pour indiquer votre photo avatar
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« On reconnait le sportif autant par l'esprit que par l'exploit »
Jean-Claude Thimoléon