www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Aurélie BOUCHERIE
Massages de bien-être, Relaxation-Harmonisation, Naturopathienaturopathe conscience équilibrage energétique inspiré intuitif bougie
Aurélie BOUCHERIE
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES > REGARDS SUR LA VIE, SUR NOUS-MÊME

DÉSOBÉISSANCE RÉFLÉCHIE

article, publié le 6 mai 2020 1 min à lire 72 5
je ne suis pas l'auteur, article de Aline de Pétigny, voir la source


''Obéir'' signifie être contraint, donc ne pas réfléchir. Alors, j'aime le principe de la désobéissance. J'aime la désobéissance réfléchie.
Les lignes, les frontières, les règles, sont faites pour être remises en question. Remettre en question quelque chose est sain. Réfléchir, se demander si l'on accepte ou pas telle ou telle règle est signe de santé mentale !
Apprendre cela aux enfants et accepter leur désobéissance réfléchie, c'est leur faire un véritable cadeau.

Aline de Pétigny - extrait de ''Quelques mots d'amour et de paix'' - Éditions Pourpenser.
© Article de Aline de Pétigny, voir la source
Si vous êtes l'auteur de l'article et que vous ne voulez pas que je le partage, contactez-moi pour que je le supprime.
Mots clés : santé,mentale,désobéissance,éducation,remise,en,question,
Partager sur ou
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit
« À vouloir plaire continuellement aux autres, on finit par se déplaire à soi-même. » Anonyme