www.Theraneo.com est une plateforme qui regroupe des sites de thérapeutes
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies, en savoir plus
FERMER

Marianne NYS
Hypnose, Sophrologie : acouphènes, fibromyalgie, Sexologiethérapie,poids,douleur chronique,SFC,sexe,sexologue,sophrologue
Marianne NYS
ARTICLES
ARTICLES

ARTICLES > SOPHROLOGIE

LA VACUITÉ

article, publié le 28 juin 2019 4 min à lire 16
je ne suis pas l'auteur de cet article, voir la source
La vacuité, ou l'art de faire le vide et de régénérer son esprit, son mental, sa capacité à absorber les émotions, de les intégrer et d'en faire des sentiments dont la quotité cellulaire et moléculaire, va contribuer à préserver l'équilibre du corps/esprit, c'est à dire l'Homéostasie.

Selon le Bouddhisme, la vacuité est le constat que les phénomènes n'ont pas de substance propre c'est à dire qu'ils sont impermanents et interdépendants.

L'impermanence veut dire que les phénomènes changent, ils naissent et disparaissent. L'interdépendance veut dire que les phénomènes n'existent que par la relation qu'ils ont avec d'autres phénomènes.

Chaque être humain vit dans l'impermanence des phénomènes et dans l'interdépendance des mêmes phénomènes.

Nous naissons, nous changeons et nous disparaissons ; de même nous sommes interdépendants d'une multitude de phénomènes relationnels, lesquels vont constituer notre Moi, notre historicité.

Si tout cela est vrai, notre culture européenne n'est pas toujours prête à accepter l'évidence et encore moins à pratiquer son acceptation, c'est à dire pour faire simple, l'art de faire le vide.

La question qui se pose alors, pour nous Européens agités et souvent stressés, est :

Comment faire le vide ?
Il y a une disposition de la nature, de l'évolution, qui nous permet à nous êtres humains, de nous recharger biologiquement et de faire un peu le vide, (je dis un peu) c'est le sommeil. Celui-ci n'est pas toujours de bonne qualité et la quantité de la charge quotidienne de nos sollicitations, requière la nécessité de réduire les effets de la surcharge par la pratique du vide.

Si nous disposons d'une pompe à faire le vide comme il en existe, ce serait bien, mais voilà, ce qui est possible pour les éléments physiques ne l'est pas nécessairement pour les éléments vivants et pensants.
Discernement, prise de décision, pertinence, capacité d'analyse etc … tout cela, pour bien fonctionner, requière la nécessité d'un équilibre corps/esprit.
La première chose à faire pour équilibrer cette relation, c'est la connexion à soi, à son corps, comme une manière de s'auto-observer.

C'est ce que nous faisons en Sophrologie.
Nous pratiquons le relâchement de l'esprit (et plus tard le vide) par l'auto-observation puissante du déroulement de nos vécus sensoriels.
Le problème de l'auto-observation de soi, c'est le détachement et la Sophrologie y parvient très facilement, à travers les outils dits de « réduction ».

Vous le savez, nous ne pouvons être conscients de deux choses en même temps, c'est une disposition de l'évolution. Donc profitons de cette disposition et profitons de notre outil le plus pertinent pour se connecter à soi, faire taire les pensées obsédantes et en quelque sorte commencer à faire le vide, utilisons notre respiration, et surtout re-apprenons à respirer naturellement.
Là encore, la Sophrologie permet de se centrer sur sa respiration, et la technique unique au monde que j'ai créée en 2002, va permettre de retrouver sa respiration naturelle à départ abdominal et surtout reprendre la place qu'elle avait dans l'arc réflexe comme outil protecteur.
C'est le principe du Conquis sur le Subis.

En fait, nous disposons à partir de notre corps d'une véritable pompe à faire le vide de l'Esprit. L'outil le plus adéquat pour utiliser cette pompe naturelle dévolue par la grande évolution, c'est l'outil sophrologique.
Nous disposons dans la profondeur de nos essences d'un outil de l'évolution d'une puissance inouïe, c'est l'intentionnalité, comme force de l'esprit sur l'objet intentionnel, c'est à dire le corps.
La réduction de toutes nos activités externes, captation externe, praxis corporelle à usage externe etc.… permet d'accéder à ce pouvoir immense et puissant qu'est l'intentionnalité.
Chaque instant vécu sous sa férule, est une parcelle de vide conquise.

La répétition de ces pratiques sous intentionnalité, c'est à dire sous le couvert de la puissance interne de la relation corps/esprit, amène petit à petit à constituer la part du vide, un vide bienfaisant, un vide permettant de subir les avanies de la quotidienneté sans pour cela déclencher la réaction de compensation, que nous appelons « stress ».

Cette part de vide va grandir et sera disponible à tout moment en action volontaire et sous réduction.
Petit à petit, cette capacité de faire le vide, d'atteindre sa part de vide, s'installe en nous, comme une disposition nouvelle et surtout faisant partie intégrante de notre fonctionnement.

José NEVE
© Je ne suis pas l'auteur de cet article, voir la source
Si vous êtes l'auteur de l'article et que vous ne voulez pas que je le partage, contactez-moi pour que je le supprime.
Mots clés : vacuité,vide,sophrologie
découvrez ma prestation en rapport avec cet article
SOPHROLOGIE
Partager sur ou
Envoyer cet article à un ami
Vous



Votre ami(e)




je ne suis pas un robot
S'abonner à ma lettre d'info Copier article sur ma Zenopage
Identifiez-vous d'abord sur votre Zenopage, puis rechargez cette page :
M'IDENTIFIER
Vous n'avez pas de Zenopage ? créez-la gratuitement cliquez-ici
Articles similaires sur Théranéo




POSTER UN COMMENTAIRE

indiquez votre nom ou pseudo


homme    femme
 

cliquez-ici pour choisir votre photo
sinon une photo sera choisie au hasard
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Démarcharge commercial interdit